Couples

9 des plus gênantes questions sur la sexualité

PARTAGES | J'AIMES |

Lu: 566 fois
Jul 23, 22:15
buzzsenegal
1 Commentaires | Tags: 9, questions, gênantes, sexualité

Autant de questions taboues sur le sexe qui nous ont toutes traversé l’esprit un jour ou l’autre sans que l’on ose les prononcer. Elles nous font peur, nous intriguent voire nous excitent. Fourchette & Bikini lève le voile de la pudeur et donne les réponses

1-Normal ou pas d’avoir des pets vaginaux ?

Rassurez-vous, bien sûr que non ! Cela n’a aucun rapport avec une flatulence normale. En réalité, un pet vaginal survient lorsque l’air est expulsé du vagin.
Toutes les femmes sont concernées par ce phénomène à un moment donné. Le vagin est une cavité et lorsqu’on l’humidifie, le remplit, il fait de drôles de bruits ! Toutefois, si cela vous gêne vraiment, peut-être devriez-vous renforcer vos muscles périnéaux.
Solution simple : contractez et relâchez votre vagin une vingtaine de fois de suite, plusieurs fois par jour. Un peu comme lorsque vous vous retenez de faire pipi.

2-Situation du vagin pendant l’abstinence ?

Le vagin se resserre lorsqu’on ne fait pas l’amour. Tel un élastique, il se rétracte. Néanmoins, à la ménopause, certaines femmes observent une perte d’élasticité de leur vagin. Cela est dû aux carences hormonales.
De même, l’impression d’avoir parfois le vagin plus serré qu’à l’accoutumée s’avère tout à fait normal si vos rapports sont très espacés. Idem si vous éprouvez une légère appréhension à l’idée de faire l’amour, quelle qu’en soit la raison.

3-Avoir toujours un orgasme ?

C’est toujours le clitoris qui intervient lorsqu’on a un orgasme. Les femmes qui disent avoir un orgasme vaginal ressentiraient en fait une stimulation du clitoris plus en profondeur, c’est tout. Vous éprouvez le besoin de stimuler votre clitoris pendant les rapports sexuels ? Rassurez-vous, vous faites partie de la grande majorité des femmes alors détendez-vous. Bien que beaucoup n’osent pas l’avouer… 
 

4-Se masturber, utile ou inutile

La pratique de la masturbation est même plutôt saine. Que l’on soit en couple ou non, c’est un plaisir solitaire que l’on doit s’offrir le plus souvent possible. En aucun cas cet acte ne signifie que vous êtes frustrée, bien au contraire !
Plus vous vous masturbez, mieux vous connaissez votre corps et plus vous ressentez de plaisir lors de vos rapports sexuels.
En outre, la masturbation permet tout un tas de choses : mieux dormir, renforcer l’estime de soi, stimuler le cœur et prévenir d’éventuelles maladies cardiovasculaires… y’a pas à dire, les petits plaisirs en solo, c’est excellent pour la santé ! Et le moral…

5-Mauvais d’avaler le sperme

Il n’y a pas de restrictions particulières. La seule chose importante, c’est votre envie. Si cette pratique vous dégoûte et que vous le faites juste dans le but de satisfaire votre partenaire, oui c’est grave !
Si l’homme ressent une certaine fierté en voyant sa femme avaler sa semence, il sera blessé lorsqu’il remarquera votre mine dégoûtée, prête à vomir. Alors, soit vous le faites parce que vous aimez, soit vous comblez votre amoureux d’une autre manière.

6-Le cunnulungis, bon ou mauvais ?

Parce qu’il stimule directement le clitoris, le cunnilingus est sans conteste la pratique sexuelle qui nous fait le plus rapidement grimper aux rideaux. 
Pourtant, certaines femmes ont du mal avec cette pratique. Elles ont peur de ne pas sentir bon, que leur partenaire se moque… Sans doute à cause d’une mauvaise expérience dans le passé. Or, rassurez-vous : le cunni est différent avec chaque partenaire, tout comme la manière de faire l’amour.
Ce n’est pas parce qu’on a détesté cela la première fois que c’est foutu définitivement.

7-Importante, la taille du pénis ?

Beaucoup d’hommes sont complexés par la taille de leur sexe qu’ils jugent trop petit ou pas assez large. Persuadés que cela influence le plaisir de leur partenaire, ils le mesurent et se comparent aux acteurs de films pornographiques.
La vérité, c’est qu’à moins d’avoir un micro pénis, n’importe quel homme peut procurer du plaisir à sa partenaire. Pour la bonne et simple raison que le vagin est un muscle tonique et élastique qui s’adapte à la taille du pénis qu’il reçoit.
Alors, rassurez votre partenaire en lui expliquant que NON, ce n’est pas la taille qui compte mais la manière dont on s’en sert. Comme on dit, « mieux vaut une petite travailleuse qu’une grosse fainéante » ! 
 

8-Comment gérer une panne sexuelle

La plupart du temps, les pannes s’expliquent par des problèmes psychologiques qui ne sont pas forcément graves (stress, préoccupations diverses…) qui empêchent votre partenaire de s’abandonner complètement.
Cela n’a donc aucun lien avec vous. Alors, cessez de ruminer « je ne l’attire pas, il me trouve grosse et moche, il va me larguer… »
Surtout, ne le culpabilisez pas, il se braquerait davantage alors que ce n’est déjà pas facile pour lui. Dites-lui que ce n’est pas grave et que vous ferez mieux la fois d’après.
En revanche, si ce problème persiste dans le temps, n’hésitez pas à lui proposer d’aller consulter un sexologue afin de rechercher la cause des pannes fréquentes.

9-L’amour pendant la grossesse

En aucun cas la grossesse ne doit être synonyme d’abstinence ! Le couple en pâtirait. La grossesse entraîne des modifications corporelles importantes qui ont tendance à déstabiliser le futur papa qui a peur de faire mal au bébé. Rassurez-le : c’est impossible.

La sexualité pendant la grossesse renforce les liens et le bébé est heureux de sentir que ses parents s’aiment. Alors ne passez pas à côté !
Quant aux contractions de l’utérus qui surviennent au moment de l’orgasme, elles sont banales et ne doivent pas être confondues avec des contractions qui annonceraient un accouchement prématuré. 
 

Recent posts

commentaires

live comment