Mardi 19 Février, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Pourquoi les 10 ans de pouvoir d'Abdoulaye Wade équivalent à 10 ans de descente aux enfers

Single Post
Pourquoi les 10 ans de pouvoir d'Abdoulaye Wade équivalent à 10 ans de descente aux enfers
Si la honte devait tuer, Wade et ses partisans seraient morts depuis longtemps. Après s'être autoglorifié en fêtant la soi disant « Alternance » qui peut se résumer en un énorme système de gaspillage des opportunités qui se sont offerts au Sénégal après des décennies d’ajustements structurels et de sacrifices imposés au Sénégal, les mêmes funestes personnages qui ont mené notre beau pays à la ruine ont fêté en grande pompe les 50 ans de "l’indépendance" du Sénégal et une statue qui fait du Sénégal la risée du monde.

Abdoulaye Wade et sa politique (si on peut parler de politique) ont ramené le Sénégal 10 ans en arrière. Comme l’a démontré Mandiaye Gaye dans son ouvrage, le régime actuel a fêté 10 ans de banqueroute, de corruption, de scandales politico-financiers, de gabegie et d’atteintes aux libertés fondamentales.

Le Sénégal ne s’est pas mis sur les rails du développement sous le magistère de Wade, bien au contraire.

Mieux qu’un long discours, nous ne prendrons comme exemple que la place irréfutable qu’occupe le Sénégal dans les différents classements des institutions et ONG mondiales chargées du suivi du développement des nations.

Pour mesurer le véritable développement d’une nation, le PNUD (programme des nations unies pour le développement) a crée en 1990 un indice de développement humain qui remplace le PIB (produit intérieur brut). L’indice du développement humain (IDH) correspond à la moyenne de 4 indicateurs : l’espérance de vie, le taux d’alphabétisation, le taux brut de scolarisation et le revenu par habitant.

On voit donc que santé et éducation représentent les ¾ de cet indice.

Il est indiscutable dans le monde moderne que cet indice du développement humain sert de véritable mesure du développement d’une nation. Même les plus conservateurs des économistes en reconnaissent l’importance. Il en va ainsi des 3 prix Nobel d’économie de l’école de Chicago que sont Théodore Schultz, Gary Becker et Robert Lucas qui ont théorisé et développé la notion de capital humain (dont l’éducation et la santé sont des éléments essentiels), moteur de la croissance continue et qui désigne l’ensemble des talents et aptitudes d’un individu.

Cette conviction de ces professeurs est partagée par des praticiens comme James Wolfensohn président de la banque mondiale de 1995 à 2005.

Et ce n’est pas un hasard également que parmi les 8 « objectifs du millénaire pour le développement » que 189 pays se sont fixés pour 2015, cinq concernent la santé et l’éducation.

Et n’en déplaise aux défenseurs de la Goana, de Jaxxay et autres éléphants blancs de Wade, Abdoulaye Wade et ses gouvernements successifs ont lamentablement échoué en matière de santé et d’éducation. C’est une lapalissade de le dire malgré les déclarations creuses du genre « j’ai fait plus en 10 ans qu’en 40 ans de régime socialiste ».

Car quel est le rang du Sénégal sur le classement de l’IDH ? D'après les rapports du PNUD de 2007 et de 2009, le Sénégal stagne à la 166ème position sur 182 pays . C’est un rang qualifié de faible par le PNUD plaçant le Sénégal dans le peloton de queue dans la course au développement.

Ainsi le Sénégal est-il loin derrière le Togo, le Malawi, le Bénin, le Timor-Leste, la Côte d’Ivoire (qui sort de guerre), la Zambie ou même l’Érythrée. A l’exception de nos deux voisins qui ont connu des coups d’Etats ou des troubles politiques que sont le Mali et la Gambie, tous les pays qui sont devancés par le Sénégal sont des pays qui ont été ou sont en guerre ou en crise politique ou autre ; c’est le cas du Rwanda, de la Gambie, du Libéria, des deux Guinée, de l’Éthiopie, du Mozambique, du Burundi, du Tchad, de l’Afghanistan ou du Niger.

En 2000, il faut le rappeler, date de l’alternance, le Sénégal se classait au 155 rang de l’IDH (cf rapport PNUD de 2000 page 2). Ce qui marque un recul de 11 places.

Dire qu’on ose nous parler d’avancées significatives sous Wade en brandissant quelques km d’une corniche surfacturée qu'emprunte moins de 1 % de la population dotée de véhicule !


http://www.mediapart.fr/club/blog/oumar-ndiaye/230710/pourquoi-les-10-ans-de-pouvoir-dabdoulaye-wade-equivalent-10-ans-de-de

0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Kiss FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Radio record
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR