Confessions

Viol de la Fillette de Thiès : l'horreur racontée par le père

PARTAGES | J'AIMES |

Lu: 150 fois
Jul 23, 22:15
seneweb
0 Commentaires | Tags: Viol, Bébé, Horreur,

Il s’appelle Mouhamadou Moustapha Fall et il est le père de la fillette de 9 mois qui a été violée il y a quelques jours à Thiès. Le papa qui est aujourd’hui très affecté par cet acte ignominieux, a raconté comment les choses se sont passées lors de son audition à la Police. «Dans la nuit du mardi au mercredi dernier,  j’ai longuement discuté avec  mon épouse  qui avait une insomnie jusqu’après 1 heure du matin. Elle est en début de grossesse. Nos deux enfants dormaient dans le salon mitoyen à notre chambre» a-t-il expliqué, renseigne L’Observateur dans sa livraison de ce vendredi.

 

L’homme ajoute que la porte de la véranda  est toujours bien fermée chez lui et que son fils ainé, qui a 3 ans, dort  sur le même lit  que la victime. «Puisqu’il arrive à mon fils qui dort seul de pleurer pendant la nuit, j’ai fini par dire à mon épouse de coucher sa petite sœur  dans la même chambre que son frère, étant entendu qu’elle vient tout juste d’être sevrée».

 

Le père de l’enfant indique que de son lit, il pouvait voir ses enfants couchés, et que jusqu’à 5 heures du matin sa fille était toujours  au lit. Et son épouse, enceinte, qui s’est plusieurs fois levé pendant cette nuit pour aller aux toilettes, avait bien laissé les enfants au lit. C’est quand elle s’est réveillée vers 7 heures du matin,  qu’elle a constaté  que sa fillette n’était plus sur le lit. Puis elle est venue réveiller son mari pour l’en informer.

«Je lui ai alors conseillé d’aller voir  dans la cour si notre fille n’était pas  en train de jouer avec son frère. Elle m’a révélé que notre fils dormait encore. Et je me suis levé, j’ai constaté que la porte de la véranda était ouverte. Lorsque je suis entré la nuit, c’est ma femme, elle-même qui m’a ouvert la porte de la véranda. Je suis marchand ambulant. Et je rentre tard le soir à la maison, souvent un peu après minuit. Puisque c’est elle qui est chaque fois avec les enfants, elle se couche tôt et se barricade», explique Mouhamadou Moustapha Fall.

Puis, le père de famille qui a loué une chambre de son appartement à Abdou qui travaille dans une boulangerie, appelle ce dernier : «Quand je n’ai pas vu la petite je l’ai appelé pour lui demander s’il avait refermé en sortant vers 6h du matin pour aller livrer le pain. D’habitude je lui demande même de me réveiller pour que je puisse refermer la porte de la véranda. Abdou m’a confié qu’il avait juste accroché le loquet. Quand je me suis réveillé, j’ai constaté que la porte n’était pas refermée. C’est pourquoi j’ai pensé que ma fille était dans la Cour de la maison».

Mais, ce jour-là, la fillette qui avait l’habitude de pleurer à son réveil, ne l’a pas fait. «C’est pourquoi on était inquiet. Au petit matin,  nous avons cherché  partout dans le quartier. Vers 7 heures du matin, je suis venu à la police du 1er arrondissement pour déclarer sa disparition», raconte le papa, dont les propos sont rapportés par L’Obs. «C’est au moment où je me rendais à la brigade de recherche de la gendarmerie, qu’un élément de la police  du 1er arrondissement m’a appelé pour me dire que  les sapeurs-pompiers ont découvert un enfant abandonné à Grand Thiès. Je me suis rendu à la police qui m’a renvoyé  à la caserne des pompiers qui avaient conduit la fille aux urgences de l’hôpital régional Ahmadou Sakhir Ndiéguène. J’y ai  alors identifié ma fille qui était dans un piteux état», s’indigne le papa. Informée du viol de sa fille, la mère perdu connaissance.

M. Fall qui ne décolère toujours pas, déclare que l’auteur de cet acte, qui n’est pas encore démasqué, «est un sauvage, un pédophile, un barbare et un maniaque  sexuel», qui  doit être «démasqué pour qu’il ne fasse pas d’autres victimes». Il veut même être soutenu afin qu’un test Adn puisse être fait afin de trouver l’auteur de cet acte ignominieux.

Recent posts

commentaires

live comment