Mercredi 20 Février, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Economie

Baidy Agne souligne l'incapacité du secteur bancaire à financer les économies locales

Single Post
Baidy Agne souligne l'incapacité du secteur bancaire à financer les économies locales

S'exprimant à l'occasion des Assises de l'Entreprises 2018, le président du Conseil national du patronat du Sénégal, Baidy Agne a attiré l'attention sur la problématique liée au financement des économies régionales africaines par les institutions bancaires.

Il est du devoir du Cnp, dit-il, "d'alerter lorsque le monde de la finance entend davantage réguler et superviser le financement bancaire de notre croissance économique. De Bâle 1 en 1988, nous en sommes aujourd'hui à Bâle 4. On nous impose de nouvelles règles de financements bancaires encore plus contraignantes et de nouveaux mécanismes de contrôle des établissements bancaires. Dans notre zone monétaire, on en parle peu", regrette Baidy Agne dans le quotidien Vox Populi.

Il met en exergue ce qu'il perçoit comme l'inertie des institutions financières africaines. "Nos institutions financières régionales sont timides. Et on applique progressivement les dispositions prudentielles internationales de Bâle. La conséquence, celle qui se dessine déjà, c'est la réduction des capacités de notre secteur bancaire à financer nos économies, nos entreprises et nos ménages, moins de concours bancaires, hausse des taux d'intérêt, plus de sûreté réelle et personnelle exigée", énumère le président du Cnp.


4 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (17:59 PM)
    la seule raison est que la bceao n'est pas indépendante et est donc incapable de de demander à ces banques de financer l'économie. ces banques sont là pour sucer le peuple et pas pour financer l'économie
    • Auteur

      Reply_author

      En Février, 2018 (19:56 PM)
      il faut retenir que bâle 4, n'est pas un accord officiel comme bâle i, bâle ii, et bâle iii. bâle 4 c'est le nom donne aux negotiations portant sur le recalibrage des low risk floors et des risk weights (la ponderation des risques) des banques qui utilisent les approches avancees sous bâle iii. ces banques sont, aux etats_unis, celles qui ont plus de 250 milliards de dollars d'actifs consolides ou 10 milliards de on-balance sheet foreign exposures, comme jp morgan, bofa, citi, wells fargo, morgan stanley, goldman sachs, etc. les banques dites "advanced approaches banks" utilisent des modelisations financieres pour calculer leurs credit, market, and operational risks. ces banques doivent aussi, under the final rule, incorporer des enhancements au niveau de leur methodologie de modelisations internes pour les risques de contreparties, increased asset valuation correlation, l'introduction de simplified supervisory approch formula (ssfa), et la prohibition des agences de notation externes pour les banques americaines. les banques qui ne sont pas assujetties aux advanced approaches doivent utiliser le standardized approach. basel iv c'est les negotiations sur le recalibrage des planchers et des risques ponderes (risk weighted assets). to level the playing field et eviter tout arbitrage reglementaire pouvant aboutir a des avantages concurrenciels..
  2. Auteur

    Mbourou

    En Février, 2018 (18:19 PM)
    Nous n'avons pour la plupart que des entreprises et des entrepreneurs bidons qui ne cherchent et ne vivent que des aides de l'état.
    • Auteur

      Reply_author

      En Février, 2018 (20:17 PM)
      après on vient se plaindre du fait que les entreprises étrangères particulièrement française raflent tous les gros marchés et on le reproche à macky sall...
      c'est aux acteurs économiques de s'organiser autrement pour contourner ses institutions financières qui de bonne guerre défendent les intérêts de leur économie.
      nous devons mieux gérer notre intégration économique sous régionale afin de construire une monnaie qui nous affranchirait des blancs.
    Auteur

    Moustapha

    En Février, 2018 (20:36 PM)
    Soyons réalites. Est-il possible de financer une économie locale quand la majorité des opérateurs economiques inventent des "feintes" tous les jours pour ne pas avoir à payer leurs crédits ?? Pas de confiance, pas de crédits, pas d'économie  :bindeu: 
    Auteur

    Anonyme

    En Février, 2018 (09:11 AM)
    En realité les africains sont sur "le marche pied" en finance. dégnouy diirii rék té kougnou diiri dou tamou fou ndong bi di dall! tous les fonds sont etrangers donc normal que les proprio dictent leur loi. en plus l Etat ne joue pas efficacement son role d encadrement du secteur. et tous sont complices inspecteur du travail, des impots..

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Kiss FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Radio record
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR