Politique

Politique

OUSMANE TANOR DIENG : « La gestion de la Senelec correspond à un cas de flagrant délit continu d’escroquerie…»

  • Source: : Yahoo | Le 12 juillet, 2009 à 11:07:38 | Lu 6560 fois | 0 Commentaires
content_image

OUSMANE TANOR DIENG : « La gestion de la Senelec correspond à un cas de flagrant délit continu d’escroquerie…»

Dakar Seneweb.com - «Bradage du patrimoine public, détournements de deniers publics organisés et commandités au plus haut niveau, hausse inadmissible du tarif de l’électricité et des ruptures intempestives dans la fourniture de l’électricité, multiples scandales qui ont rythmé le quotidien de l’Etat depuis 2000». Voilà, en substance, le constat si amère dressé par Ousmane Tanor Dieng, hier lors de la session du Comité central du Parti socialiste. Pour lui, «la gestion de la Senelec correspond, quant à elle, à un cas de flagrant délit continu d’escroquerie dont les auteurs sont logés dans les hautes sphères de l’Etat».

Ousmane Tanor Dieng n’a pas mâché ses mots pour tirer à boulets rouges la gestion de la Senelec. Le secrétaire général du Parti socialiste dira que si la gestion de l’Anoci se résume à un cumul d’infractions,  la gestion de la Senelec correspond, quant à elle, à un cas de flagrant délit continu d’escroquerie dont les auteurs sont logés dans les hautes sphères de l’Etat. Selon lui, bien avant la crise financière internationale, «la situation macro économique démontrait le contraire d’une économie saine, avec des finances publiques ballotées entre les violations banales des critères d’une gestion vertueuse des finances publiques et la régression inquiétante des fondamentaux économiques». Dans la même veine, il affirme que «bien avant la crise financière internationale, l’économie réelle s’est effondrée tout comme les secteurs de production, de distribution et de services qui ont sombré les uns après les autres, subissant de plein fouet l’affairisme débridé du régime en place».

Le bradage du patrimoine public et les détournements de deniers publics organisés décriés

A cela viennent se greffer les multiples scandales qui ont rythmé selon Tanor Dieng le quotidien de l’Etat depuis 2000. «Qu’il suffise également d’évoquer le scandale des 30 hectares de l’Aéroport Léopold Sédar Senghor, cédés, en toute opacité, à un privé pour un prix dérisoire de 27 Milliards alors que le terrain a une valeur comprise entre 60 et 75 Milliards», a-t-il souligné. A son avis, le bradage du patrimoine public, les détournements de deniers publics organisés et commandités au plus haut niveau «en disent long sur les  pratiques de spoliation foncière et de délinquance financière qui mettent en danger notre économie et la stabilité de notre pays». «Comment ne pas penser à cet instant précis à l’Anoci et à la nébuleuse des chantiers d’infrastructures que le pouvoir en place tente de faire passer pour pertes et profits dans une opération de communication aux allures d’une pièce de théâtre de mauvais goût. De qui se moque-t-on», s’est-il interroge. «Quand après des travaux inachevés et mal exécutés, faute d’études préalables sérieuses, quand après une absence totale de transparence dans la passation des marchés, on veut nous faire croire qu’un audit « intra muros » et un passage devant une majorité de députés godillots suffisent à blanchir les dirigeants de cette structure poursuivie par la clameur publique», fulmine-t-il.

L’Anoci, «un exemple patent de connivence délictuelle contre les intérêts du peuple»

En vérité, raisonne-t-il, «la gestion de l’Anoci est un exemple patent de connivence délictuelle contre les intérêts du peuple avec ses délits d’initiés, ses conflits d’intérêts et ses marchés largement surfacturés». C’est la raison pour laquelle, pense OTD, aussi longtemps que ses dirigeants manqueront à leur obligation, «l’opinion publique nationale, les organisations de la société civile, les partenaires bilatéraux et les institutions financières internationales doivent continuer à réclamer la reddition détaillée des opérations et des comptes de l’Anoci et maintenir, par une pression continue, l’exigence d’un audit de ses structures et de ses activités, de ses méthodes et de ses procédures, avec des garanties sérieuses de fiabilité et d’indépendance». Pour conclure, Ousmane Tanor Dieng a indiqué que «la même exigence doit porter sur la nécessité de faire un audit d’opportunité et technique des ouvrages pour vérifier leur conformité avec les normes sécuritaires, écologiques et avec les règles standard en matière d’urbanisme, sans compter l’interpellation sur l’inachèvement des chantiers de l’Anoci, conçus initialement pour être des travaux d’élargissement, d’aménagement et d’embellissement.» 


Auteur: ABDOULAYE BADJI - Yahoo

Articles similaires






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (0)


Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]