Dimanche 19 Mai, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Societe

ENQUETE SUR LE COMBUSTIBLE DE LA SENELEC : Le Procureur et la Dic pour court-circuiter la crise

Single Post
ENQUETE SUR LE COMBUSTIBLE DE LA SENELEC : Le Procureur et la Dic pour court-circuiter la crise

Les personnes qui seront incriminées dans l’affaire du mauvais combustible de la Senelec seront toutes placées sous mandat de dépôt. Des sources judiciaires renseignent qu’elles tombent sous le coup de l’article 80 pour actes de sabotage, entrave au libre exercice de l’industrie et du travail, atteinte à la sûreté de l’Etat. Le Procureur de la République a donné mandat, depuis hier, à la Division des investigations criminelles (Dic) pour se lancer aux trousses des coupables du mauvais produit de la Senelec acheté à une vingtaine de milliards de nos francs.

C’est fait depuis hier. C’est finalement la Division des investigations criminelles (Dic), pilotée par le commissaire Idrissa Cissé, qui aura en charge la lourde tâche de traquer les auteurs des produits néfastes constatés dans le combustible de la Senelec. Le dossier lui a été confié, depuis, par le Procureur de la République. Ce dernier qui a reçu la plainte contre X déposée par le Directeur général de la Senelec, Seydina Kane, n’a pas mis du temps pour déclencher des poursuites. A preuve, 48 heures après la réception de la plainte contre X, le Parquet a instruit la Dic pour enquêter dans l’affaire du fuel. Surtout que le Directeur général de la Senelec a déclaré dans une interview accordée à l’Obs (Ndlr : lundi dernier) que le combustible avait été réceptionné conformément au décret. C’est-à-dire que la qualité du produit ne faisait aucun doute depuis le port d’embarquement à Houston (Etats-Unis) jusqu’au port de débarquement (Dakar). Et, toujours selon la Senelec, si le produit a connu des détériorations, ce serait lors des opérations de déchargement au niveau des centrales de la société. Lesquelles se font par pompage ou par camionnage. Toutefois, la Dic qui vient d’être saisie se chargera d’édifier l’opinion sur les causes réelles de la contamination du combustible de la Senelec. Ce qui nécessitera l’audition de toutes les personnes mêlées de près ou de loin dans cette affaire. Parallèlement à l’enquête de la Dic, la Senelec a déjà commandité une enquête interne à travers ses différentes directions pour situer les responsabilités. Et deux départements ont déposé sur la table du Dg leur rapport. Toutefois, des sources judiciaires renseignent que les responsabilités seront bientôt situées avec la saisine de la Dic. Et pour argumenter leurs propos, les mêmes sources avancent la fausse alerte de la bombe de la Bceao. Un acte qui avait perturbé le fonctionnement de l’institution bancaire. Et l’on se rappelle que la Dic qui a été saisie dans cette affaire n’avait pas mis beaucoup de temps pour traquer l’huissier, tête de file de cette histoire d’espiègle. En fait, de fil en aiguille, les policiers enquêteurs de la Dic avaient réussi à mettre la main sur les auteurs des faits incriminés et punis par la loi.

Atteinte à la sûreté de l’Etat

A noter que dans cette affaire de mauvais fuel, des sources judiciaires mentionnent que les auteurs tombent sous le coup de l’article 80 du Code pénal, s’il s’agit d’actes de sabotage, d’entrave au libre exercice de l’industrie et du travail, d’atteinte à la sûreté de l’Etat. Des faits punis par la loi. En effet, les coupures intempestives d’électricité ont eu à dégrader l’image de la Senelec avant d’être à l’origine de plusieurs émeutes sur l’ensemble du territoire national. Ce qui avait poussé les autorités à déployer les forces de l’ordre sur l’ensemble des points stratégiques de la capitale. Mieux, pour calmer la colère des populations, l’Assemblée nationale a été convoquée pour permettre au ministre de l’Energie d’expliquer aux représentants du peuple les causes réelles des perturbations notées dans la distribution de l’électricité. Surtout que plus d’une vingtaine de milliards de FCfa du contribuable ont été dépensés. Et pour revenir à la normale, la Senelec a été obligée de faire des commandes d’urgence de pièces de rechanges chiffrées à un milliard de FCfa. Des pièces qui ont été déjà montées au niveau de la centrale C6 de Bel-Air. Une unité qui produira 30 mégawatts de plus à partir de demain en attendant les autres centrales de C4, de Kahone, de Ziguinchor… Des efforts qui ont atténué les délestages, même si dans plusieurs quartiers de Dakar, les populations sont plongées dans la pénombre.



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR