Faits-Divers

Faits-Divers

LES FILLES DE « TOP MASSAGE » DEVANT LA BARRE « Nous massons les clients aux parties intimes jusqu’à ce qu’ils éjaculent »

  • Source: : Seneweb.com | Le 30 juin, 2008 à 12:06:33 | Lu 58973 fois | 0 Commentaires
content_image

LES FILLES DE « TOP MASSAGE » DEVANT LA BARRE « Nous massons les clients aux parties intimes jusqu’à ce qu’ils éjaculent »

Les douze personnes cueillies par les éléments de la sûreté urbaine lundi dernier étaient hier devant le juge du tribunal des flagrants délits. Elles répondaient aux chefs d’accusation de proxénétisme et de prostitution sans inscription au fichier sanitaire et social. Devant la barre, les dix filles nient les charges retenues contre elles, mais reconnaissent qu’elles massaient les clients jusqu’à éjaculation. Les proxénètes disent s’y adonner par ignorance. L’affaire est mise en délibéré au 1er juillet prochain.

Affaire de sexe devant le juge une fois de plus. Moins d’une semaine après l’affaire de Mathiou et Cie, le tribunal a vidé ce qu’on pourrait appeler l’affaire Coumba Sall. Dans les maisons qui servaient de lieu de massage (une à Yoff et une autre à la cité Cti sur la Vdn), la dame en question entretenait dix filles, cinq dans chaque maison, qui massaient aux parties intimes les clients jusqu’à l’éjaculation. Cette dame est, avec son amant Alassane Diassé, poursuivie par le ministère public au délit de proxénétisme. Les filles, elles, sont poursuivies pour prostitution sans s’être inscrites au fichier sanitaire et social. Devant la barre, les dix filles (Ramatoulaye Ndiaye, Ndèye Khady Séye Diagne, Nogaye Ndiaye, Fatoumata Amadou Wellé, Fatoumata Ndiaye, Marie Thérèse Delgado, Fatou Binetou Guéye, Yaye Djiby Diop et Madjida Badji) ont toutes nié les faits pour lesquels elles sont poursuivies. Cependant, elles disent qu’elles étaient en stage pour faire de l’esthétique, de la pédicure et de la manicure. Une fois chez Coumba Sall, elles découvrent que le travail consistait à un massage « entier », c’est -dire de la tête aux pieds, les organes sexuels en particulier. « Nous massons les clients qui sont généralement des hommes, et sur leurs parties intimes jusqu’à ce qu’ils jouissent en éjaculant », renseigne une des filles. Durant la friction, il est leur est imposé de porter des bikinis et des soutiens-gorge. Le massage (ou la passe ?) était facturé à 15 000 francs Cfa. Elles travaillaient vingt-quatre heures sur vingt-quatre et habitaient dans ce que le procureur a appelé des maisons de passe. Il leur arrivait même d’aller faire le travail dehors, généralement dans les hôtels de la place à raison de 35 000 francs le massage. « Coumba Sall nous a imposé un règlement intérieur qui nous interdit de nous livrer à des rapports sexuels avec les clients, de leur donner nos coordonnées ou encore de sortir avec eux », confie Marie Thérèse Delgado. Et toute fille qui aurait l’imprudence de transgresser un de ces interdits est définitivement radiée. Cependant l’affaire rapportait gros puisque Coumba Sall payait 350 000 F Cfa la location des belles villas qui faisaient office de lieux de massage, 40 000 francs à chacune des filles sans compter leur nourriture et les factures d’eau et d’électricité. Le procureur n’y est pas allé par quatre chemins. Pour lui, Coumba Sall et Alassane Diassé vivaient de l’argent de la prostitution des dix filles d’où le délit de proxénétisme. Les filles sont des prostituées, sinon comment peut-on qualifier un métier qui consiste à faire jouir les hommes au point d’éjaculer. Ainsi le représentant du ministère public a demandé au juge de reconnaître les prévenus coupables et a requis un mois de prison ferme pour les dix filles, trois ans ferme pour Alassane Diassé et 5 ans ferme Coumba Sall. Les avocats des prévenus ont dit que les dix filles cherchaient du travail et ont été abusées par Coumba Sall. L’avocat d’Alassane Diassé, Me Abdou Kane, soutient que son client est innocent car pour parler de proxénétisme, il faut aider les prostituées, les assister et les protéger. Ce qui n’est pas le cas. L’affaire est mise en délibéré jusqu’au 1er juillet prochain.

MAKHALY NDIACK NDOYE (Stagiaire)


Auteur: - Seneweb.com

Articles similaires






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (0)


Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]