Societe

Societe

Jugement des sévices sur un talibé à Kaolack : Le maître coranique écope de 3 ans ferme

  • Source: : Le Matin | Le 13 novembre, 2008 à 02:11:29 | Lu 6353 fois | 0 Commentaires
content_image

Jugement des sévices sur un talibé à Kaolack : Le maître coranique écope de 3 ans ferme

L’affaire des sévices corporels dont a été l’objet le jeune talibé M. B vient de connaître son épilogue à Kaolack. Le Tribunal des flagrants délits de ladite ville l’a vidée hier, en condamnant le maître coranique, auteur de l’agression, à une peine de trois ans de prison ferme et à payer la somme de 300 mille francs Cfa en guise de dommages et intérêts à la partie civile.

Le Tribunal des flagrants délits de Kaolack n’a pas suivi le procureur de la République dans son réquisitoire sur l’affaire de sévices corporels qui a opposé un maître coranique à son talibé. En donnant son verdict hier mercredi, ledit tribunal a condamné à une peine de 3 ans de prison ferme le maître coranique, Babou Diop demeurant à Kanda, sis à un jet de pierre de Kahone.


Jugeant les faits graves, le procureur de la République avait requis une peine de 5 ans de prison dont 3 ferme, alors que l’avocat de la partie civile, Me Assane Dioma Ndiaye, demandait une «peine plus grave, dissuasive et pédagogique» à l’aune de la faute commise pour servir de leçon à la communauté éducative.


Cette affaire de sévices corporels remonte au 3 juillet 2008, quand le jeune talibé M. B, âgé de 8 ans, n’avait apporté que 150 francs Cfa au lieu de 200 francs Cfa exigés par son maître comme pitance journalière. Non satisfait, Babou Diop, à l’aide d’une courroie, déchargea sa bile sur l’enfant avec sa cravache qui a occasionné des plaies sur tout son corps et l’abandonna dans la rue.


Avisé par une dame, le délégué de quartier transportait l’enfant à l’hôpital pour des soins intensifs pendant quelques semaines, en l’absence du maître coranique parti voir ses champs au village.


En plus des 3 ans de prison ferme prononcés à son encontre, Babou Diop est condamné à payer une amende de 300 000 francs Cfa à la place d’un million que réclamait Me Assane Dioma Ndiaye, avocat de la partie civile, pour dommages et intérêts à payer au père de l’enfant.


Auteur: Birane DIAW - Le Matin

Articles similaires






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (0)


Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]