Societe

Societe

[ DOSSIER ] VIRGINITE AUJOURD’HUI: Ce trésor de femme désacralisé

  • Source: : Lobservateur | Le 18 septembre, 2009 à 08:09:22 | Lu 17958 fois | 0 Commentaires
content_image

[ DOSSIER ] VIRGINITE AUJOURD’HUI: Ce trésor de femme désacralisé

Parler de virginité à la jeune génération ne semble guère un thème bien apprécié. Pour les jeunes gens, la virginité n’est plus ce trésor sacré que les hommes et les femmes préservaient avant le mariage. Aujourd’hui être vierge ou ne pas l’être ne constitue guère un frein au mariage. C’est une chimère que de parler de virginité vous répondront les jeunes.


« Quoi ? Tu délires ? Tu sais bien que beaucoup de filles actuellement ont perdu leur virginité. Ce n’est même pas une question qui se pose mon pote. Tu le sais bien toi ».

Celui qui parle ainsi se nomme Tamsir, un jeune vendeur de portables qui dit ne plus croire à la virginité. La raison, il l’explique par le fait que les parents euxmêmes ont démissionné de leur rôle, laissant leur progéniture, surtout les filles s’habiller n’importe comment et mener leur vie comme bon leur semble.

« Maintenant les filles s’habillent pour la rue. Elles sortent de leur maison au vu et au su de leurs parents. De pareilles filles, si tu les maries c’est sûr que tu ne trouveras rien sur elles », renchérit le jeune homme. Balayant d’un revers de main ces allégations de Tamsir contre les filles et les parents, Sokhna, un agent de distribution des cartes crédit soutient avec un ton ferme : « celles qui veulent garder leur virginité continuent à la garder. Cessez de parler ainsi des filles ! ». Prenant ainsi fait et cause pour les filles, Sokhna préfère même imputer la perte de virginité aux garçons. Car selon elle, toute fille qui n’est plus vierge a été déflorée par un homme. Si entre l’homme et la femme, chacun taxe son prochain d’avoir contribué à la perte de « ce grand trésor des femmes », un fait s’impose : la virginité n’a plus la cote à l’heure actuelle.

Cette virginité qui, jadis, faisait honneur à la fille et à sa famille, a beaucoup perdu de sa valeur. Il n’existe plus l’époque où la fille qui constatait la perte de sa virginité pleurnichait sur son sort. Le monde a évolué et lesmentalités avec.Dans sa première publication, le magazine Dakar Life révélait dans un sondage réalisé à Dakar que 71% des filles trouvent que la perte de la virginité ne les empêche pas de semarier, contre 63% des hommes. Dans cet échantillon de 615 individus, la plupart de ces personnes interrogées mettent plus en avant l’amour, la fidélité dans le couple ou la tolérance et la compréhension aux dépens de la virginité. Certains arguant même qu’il est difficile à une femme de rester « intacte » c'est-àdire ne pas connaître de rapports sexuels avant le mariage. Entre autres raisons qui expliquent le ravalement de la virginité au second plan, la sociologue Bandel Kane interrogée par Dakar Life estime que la mondialisation et la crise économique ont négativement joué sur la virginité. Car selon elle, aujourd’hui les valeurs ont évolué avec toutes les cultures qui envahissent notre société par le biais de la télévision, le développement d’Internet dont les aspects négatifs sont l’affichage de la sexualité débridée voire des films classés.

Concernant le facteur économique, la sociologue estime que certains parents ne peuvent plus assurer le minimum vital à leurs enfants. « Ce qui fait, selon elle, que les enfants sont exposés. Les jeunes filles sont plus exposées que les garçons, parce qu’elles sont traquées par les hommes nantis et deviennent des proies faciles ».

Reconstituer l’hymen à tout prix



Dans un contexte pareil, il est de plus en plus fréquent de constater que des jeunes filles fassent recours à des méthodes de reconstitution de l’hymen au moment du mariage. Mais il sert simplement à faire croire à certains conjoints rigoureux qu’on est encore jeune fille. Mariée en secondes nonces, Adama une jeune femme de 35 ans témoigne : « Dans mon quartier, les filles qui veulent faire croire qu’elles sont vierges partent voir une dame. Elle est très expérimentée dans ce domaine. La dame en question te donne du sang de coq que tu asperges dans le drap blanc en couchant avec ton mari. Ça existe, mais c’est un secret des filles dans mon quartier ».

Si beaucoup pensent que la reconstitution de l’hymen est une chimère, chirurgicalement la technique existe. Dans certains pays occidentaux comme l’Allemagne, des médecins sont spécialisés dans ce domaine. Même si au Sénégal, cela ne se pratique pas encore dans les cliniques, ce n’est pas le cas de la Gambie où dit-on cette reconstitution de l’hymen est bel et bien pratiquée.


« LABANE » Une pratique en déclin

Le « labane », cérémonie symbolisant les festivités rythmées à coups de tam-tams après la nuit nuptiale, ne fait plus recette. Il n’est pas besoin d’aller loin pour s’en rendre compte, il suffit juste de faire le constat dans son quartier résidentiel. Les tam-tams ne résonnent plus le matin pour annoncer aux populations que la fille de telle ou telle personne était vierge avant le mariage.

« Je ne dis pas que c’est une pratique qui a complètement disparu, mais c’est rare à l’heure actuelle. On ne nous appelle que rarement lematin pour animer des labane », constate El Hadj Mbassou Ngom, grand griot rufisquois. Nostalgique d’une époque révolue, le vieux griot soutient que le mariage s’étalait sur quatre jours notamment du samedi au mardi et chaque jour constituait une étape du mariage. Aussi, durant huit jours, les camarades de la nouvelle mariée venaient dîner chez elle. «Mais de tous ces jours, celui de labane est le plus beau pour la fille et pour sa famille. La fille est respectée par son mari et la famille en sort avec plein d’estime », remarque Mbassou Ngom.

Plus heureux que quiconque, le nouveau marié, après avoir passé une nuit nuptiale avec succès dépensait sans compter. A la fin de la première nuit passée avec sa femme, l’homme dépose sous l’oreiller la somme de 25.000 Fcfa (somme symbolique) ou une chaîne en or. « Mais tout dépendait de ses moyens et de ce qu’il prédestinait à la fille », précise le griot.

De telles festivités étaient faites à l’honneur certes de la fille et de sa famille, mais c’était aussi un clin d’oeil aux autres filles pour les encourager à préserver leur virginité. « Et durant toute cette semaine, aucune fille n’osait accompagner son petit ami quand ce dernier venait la rendre visite », raconte El Hadj Mbassou Ngom. Aujourd’hui c’est avec regret que le vieux Mbassou Ngom constate la disparition de jour en jour de ce pan important de notre culture.

« Avant, ajoute Mbassou, il appartenait aux parents de choisir à leur fille un mari. Ce qui n’est plus le cas. Les filles prennent le mari qu’elles veulent et dictent leurs lois à leurs parents ». Mais derrière cette raison culturelle, le griot n’occulte pas le fait que la pauvreté et plusieurs facteurs conjoncturels ont pesé en défaveur de cette pratique.


OUTRE LES RAPPORTS SEXUELS: Ces autres facteurs qui font perdre la virginité

Définie comme l’état d’un homme ou d’une femme qui n’a pas encore connu de relations sexuelles avant le mariage, la perte de la virginité n’est pas uniquement due à la défloration d’une femme par l’homme. En plus des rapports sexuels, d’autres facteurs peuvent conduire à la perte de l’hymen. Chez la femme, un accident ou une chute peuvent en être la cause. Il en est de même de la malformation à la naissance ou de maladie d’ordre gynécologique. Certains sports comme le vélo également peuvent être à l’origine de cette perte de la virginité. De même que certaines danses qui nécessitent de grands écartements de jambes. Dans nos sociétés traditionnelles également, les mères de famille déconseillent à leurs filles de porter les vêtements d’un homme ou utiliser la serviette de celui-ci au sortir d’un bain. Interdits qui les protège du risque de se frotter avec les résidus de sperme.

Ces hôtels et auberges qui dévalorisent

L’hôtel ou l’auberge. Demander à une fille sa préférence pour y célébrer sa lune de miel, elles seront nombreuses celles qui vous répondront par l’hôtel ou l’auberge, préférant ces deux lieux de loisir modernes au fameux « labane » qui se pratiquait dans les concessions. Est-ce par pudeur ? Que non ! vous répondront sans sourciller beaucoup de personnes pour qui l’hôtel ou l’auberge restent des lieux où les couples complices masquent leur fausse virginité. Parce que le secret n’est plus possible dans les concessions, vaut mieux s’éloigner et présenter plus tard un pagne maculé d’un sang douteux. Histoire de faire semblant qu’on a passé un bon moment entre amoureux. Mais il ne faut guère occulter qu’avec ces pratiques devenues courantes à l’heure actuelle, c’est le mariage même qui est banalisé. Aujourd’hui, ce ne sont plus les parents qui déterminent le processus du mariage, de la lune de miel et de tout le cérémonial qui l’accompagnait, le soin est donné aux jeunes couples. Ces derniers, sans se rendre compte de la dévalorisation d’un pan important de leur culture maintenue jusque-là par nos parents et arrières-parents préfèrent des mariages simplifiés et des lunes de miel en dehors du regard des autres. Parmi les jeunes, ceux d’entre eux qui y tenteraient de revenir à l’ancienne pratique sont taxés de rétrogrades et « d’arriérés ».. Mais qui peut-on réellement leurrer avec ces nouvelles pratiques qu’on transfert dans les hôtels et auberges ? A chaque couple, sa conscience l’interpelle.




Auteur: Maguette NDONG - Lobservateur

Articles similaires






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (0)


Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]