Societe

Societe

DIOURBEL - Le Baol envahi par les eaux : Sos pour des moyens de lutte

  • Source: : Le Matin | Le 15 septembre, 2008 à 17:09:34 | Lu 4642 fois | 0 Commentaires
content_image

DIOURBEL - Le Baol envahi par les eaux : Sos pour des moyens de lutte

Le 17 juillet passé, le  Comité régional de développement (Crd) de Diourbel avait pris les devants et sonner l’alerte pour que les autorités ministérielles puissent doter la région de suffisamment de moyens pour venir à bout des éventuels cas d’inondations. Aucune réaction n’a été notée. Ce qui n’a pas été sans conséquence sur le vécu des populations qui, aujourd’hui, subissent le calvaire de la furie des eaux. La réunion de la Commission régionale de prévention et de lutte contre les inondations, convoquée en début de semaine dernière, a permis de se pencher sur la question. Un appel a été fait en direction de généreux donateurs.  

La situation qui prévaut dans la  commune de Bambey est très préoccupante. Et pour  cause, la totalité des quartiers est sous les eaux. La révélation a été faite par le préfet Oumar Mamadou Baldé qui s’exprimait lors de la réunion de la Commission régionale de prévention et de lutte contre les inondations. Face au calvaire que vivent les populations de la commune, le chef de l’exécutif départemental plaide pour une meilleure prise en charge de cette question. C’est pourquoi, il sollicite un appui conséquent en carburant pour doter les sapeurs-pompiers de moyens leur permettant de régler de façon définitive cette question.
La situation n’est guère plus reluisante dans la commune de Diourbel où certaines familles situées dans le quartier Roucoubou Sew refusent d’être relogées dans des écoles. Pape Guèye, père de famille et  victime  refuse de quitter avec sa famille sa maison. «Pour rien au monde, je n’accepterai de loger dans les écoles comme  le suggère les autorités. Depuis 35  ans, j’habite dans ce sous-quartier de Roucoubou Sew. Je demande aux autorités de trouver des solutions pour les recaser», déclare-t-il. La famille Guèye n’est pas la seule à vivre ce calvaire. Dans le Baol, la situation est préoccupante surtout dans la commune où les statistiques font état de 166 familles sinistrées.
Touba n’est guère mieux lotie, car, de l’avis du préfet Cheikh Boucounta Guèye, 19 sites sont envahis de façon durable par les eaux. Ici, la principale préoccupation reste de trouver un lieu de déversement des eaux pompées. Dans la cité religieuse, le bassin est plein c’est pourquoi, révèle le capitaine Guèye, «nous avons arrêté de déverser de l’eau de peur qu’il ne se gâte. D’ailleurs, le khalife avait dit tout récemment que si l’Aatr et l’Onas ne sont pas capables de régler le problème, lui le fera». Il s’y ajoute, comme l’a constaté le chef de l’exécutif départemental de Mbacké, que le carburant et  le matériel roulant sont de véritables casses têtes chinois, dans la mesure où avec la tension de trésorerie qui existe au niveau des perceptions de  la région de Diourbel, il est impossible de voir les engagements faits par les Collectivités locales être satisfaits.
Ce qui fait que la mise en œuvre du plan d’action bute sur la question lancinante des moyens. Et cela est d’autant plus vrai que toutes les demandes adressées depuis le 17 juillet par le gouverneur de la région aux ministères de l’Intérieur, de la Santé et de la Solidarité nationale pour un appui en carburant, sacs à terre, pulvérisateurs, moto pompes, matelas, denrées alimentaires, couvertures et moustiquaires sont restées lettres mortes. A ce jour, aucune réaction n’a été notée.
La question de l’assainissement de Touba est revenue dans les discussions, car cette ville ne dispose pas de réseau d’assainissement. Ce qui fait que Amadou Guèye, le représentant du Conseil rural de Touba Mosquée s’interroge sur le projet de Touba, ville du futur. «Le problème de cette ville est un problème réel d’assainissement. Touba ne dispose d’aucun réseau d’assainissement. Le projet d’assainissement de Touba dans le projet Touba, ville du futur est opaque, on ne connaît pas les contours de ce projet. Le Conseil rural n’a jamais été convié à une réunion parlant de ce projet. Officiellement le projet n’a pas été présenté au Conseil rural.»
En tirant les conclusions de la réunion, l’adjoint administratif du gouverneur a lancé un appel à toutes les bonnes volontés pour venir appuyer les efforts de l’Etat et aider les sinistrés. Aussi a-t-il instruit les préfets de tout entreprendre pour ne pas loger les populations sinistrées dans les écoles, car l’ouverture des classes est prévue pour bientôt. Les expressions des besoins qu’il a fait avec les techniciens sont de 10 500 litres de carburant, 9 hydrocureurs à Touba, 9 motopompes et 500 m de tuyaux. Le gouverneur a aussi demandé aux préfets de réquisitionner les moyens quand la situation l’exige comme du reste l’a prévu la loi lorsque le plan Orsec est déclenché.


Auteur: Boucar Aliou DIALLO - Le Matin

Articles similaires






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (0)


Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]