Chronique

Chronique

[ Chronique] Le dernier poilu

  • Source: :  | Le 13 novembre, 2008 à 07:11:03 | Lu 62426 fois | 0 Commentaires
content_image

[ Chronique] Le dernier poilu

« La politique est l’ensemble des procédés 
par lesquels des hommes sans prévoyance 
mènent des hommes sans mémoire »
Jean MISTLER

 

Abdoulaye Wade avait réussi à faire de Macky Sall ce qu’il était devenu. Il l’a sorti d’un petit trou de Petrosen pour en faire un Directeur général, un ministre, un ministre d’Etat, un Premier ministre et un président de l’Assemblée nationale. Tout cela s’est passé en l’espace de quatre ans. C’était une prouesse du « chef de l’Etat ». D’un rien, il en avait fait un tout. D’un tout, il en fait maintenant un rien. C’est aussi une autre prouesse du même Abdoulaye Wade. Il y a cinq jours, le mastodonte qui plastronnait du haut de la place Soweto a retrouvé le petit cadre en bluejean de Derklé. 
On ne sait pas de quoi cette obséquiosité est le nom. Il vous transmet le virus du pouvoir et avant qu’il arrive à la phase d’incubation totale, vous êtes déjà mort. Mais la grande prouesse du chef de l’Etat n’est pas là. En quatre années, Macky Sall était devenu l’homme le plus détesté du Sénégal. Il a bourré des urnes, servi dans l’entreprise de dénigrement médiatique la plus ignoble de l’histoire du Sénégal. Il a servi le wadisme aux heures les plus sombres de son histoire. Mais quel retournement ! S’il était apparu plus tôt dimanche dernier, on lui aurait donné le bon Dieu sans confession. Le dernier président de l’Assemblée nationale a été, comme Idrissa Seck, un martyre du sopisme dégénéré. Il est comme lui la victime des ambitions sournoises de la compagnie « Wade illimited ». Mais il est devenu ce qu’Idrissa Seck a toujours refusé d’être, un résistant. Le président de Rewmi s’était accroché à sa seule fonction élective, celle de Maire. Macky Sall s’est départi de toutes ses fonctions électives. Idrissa Seck s’est réclamé du Pds et de son chef jusqu’à son exclusion. Macky Sall a démissionné de son parti. C’est toute la différence entre deux hommes qui affrontent un même danger. L’un essaie de le contourner, l’autre décide de l’affronter de face. Idrissa Seck avait tout à perdre. Macky Sall a tout à gagner, puisqu’il n’a rien à perdre. 
Abdoulaye Wade pourra toujours dire : «  Ce garçon, je lui ai tout donné. » Ce qui est vrai. Mais la dignité ne se donne pas. Macky Sall nous devait ce sursaut d’orgueil. Il nous devait cette preuve que malgré le libéralisme de pécule et le militantisme marchand érigés en systèmes de gouvernement, il y a des gens chez qui la dignité ne s’achète pas. Il nous devait ce rappel dans un pays que beaucoup de gens disent « malade ». Ce qu’il ne nous devait pas, c’est sa double démission de l’Assemblée nationale et de la Mairie de Fatick. Personne ne l’imaginait, parce que personne ne s’y attendait. Personne, pas même Abdoulaye Wade, qui doit maintenant se trouver un nouveau président de l’Assemblée nationale à la solde de son fils. Il devrait se sentir bien ridicule, le président de la République, face à sa bande de transhumants. Il a beau être démoniaque, il ne s’attendait pas à se retrouver si seul, avec sa bande d’incapables. Mais c’est aussi la preuve que la théorie de la génération spontanée chère à Wade a des limites. S’il avait réellement le pouvoir de « créer », il ne serait pas entouré d’autant de nigauds. Son lamarckisme est un grand bluff. Il y a longtemps qu’il aurait fait de son fils le « prince Karim » qu’il aime entendre de ses amis arabes. S’il en tue autant pour sacrer son fils, c’est qu’il n’est pas le Dieu qui crée, il est le diable qui tue.
 
Ce qui rassure dans l’opposition au projet de Wade, et que la rébellion de Macky Sall vient de prouver, c’est que la résistance ne vient pas de l’opposition ou de la rue. Elle vient du Pds. Aminata Tall s’est ouvertement opposée à la confiscation du mouvement des femmes. Macky Sall fait la même chose. Le fait est qu’il n’y a aucun responsable du Pds qui soutienne Karim Wade sans y être contraint. Si Abdoulaye Wade veut leur faire voter la modification de la Constitution pour se faire remplacer par son fils, il va falloir qu’il se présente à l’Assemblée nationale avec un sabre et un couteau. Les députés les plus dévoués sont d’un rare cynisme quand ils évoquent les hauts faits du « prince » : « Ah, l’ami de Godard. ». Maintenant, c’est « Dc 10 pour cent », pour parler du dernier montage financier de « l’ingénieur ». 
Son projet monarchique, même la nature s’y oppose. Malgré les milliards distribués à tout va et les valises diplomatiques, la Génération du concret n’intéresse personne. La nature ne peut pas être aussi injuste. Tous ceux qui ont voulu gouverner le Sénégal un jour ont cherché à gagner le cœur des sénégalais. Karim Wade veut gagner leur ventre. Il croit qu’en distribuant des sandwichs en banlieue et en donnant un travail dans chaque famille, il pourra s’emparer du Sénégal, de ses industries et de son budget national. Aucune théorie, aucune consistance sinon des écrans de fumée du genre « en route pour le sommet ». Mais quand l’heure des comptes arrive, c’est Baldé son répondant. Il veut tous les avantages attachés à son statut de monarque sans les inconvénients. Quand on parle des réalisations, il bombe le torse et retrousse ses manches. Quand il s’agit d’auditer les chantiers de l’Anoci, il montre le bonhomme à côté de lui. S’il y a des mécontents, ils devront se contenter de taper sur Abdoulaye Baldé, le porteur d’eau. Les deux ne sont plus en odeur de « singeté ». 
Soyez-en assurés à l’avance, ce n’est pas Karim Wade qui ira devant l’Assemblée nationale pour répondre aux questions de ses « frères libéraux ». Le fils de notre président de la République, malgré ses prétentions messianiques, n’arrive pas à aligner deux phrases complètes. Abdoulatif Coulibaly a bien fait de noter que ce français « né » ne parle aucune de nos langues nationales. Son français n’est pas mieux, mais il n’a pas seulement un problème de langue. C’est sa pensée qui est sans fond. Son face-à-face avec Amath Dansokho était pathétique. A tout ce que le communiste de Khar Yalla déclarait, il répondait automatiquement : « Le travail est mon idéologie. » Comme si on lui avait placé un magnéto dans l’œsophage. Il n’y a jamais eu un paragraphe, une idée défendue ou un dossier qui porte la signature de ce monarque de petite semaine. Il est très commode de se réfugier derrière « l’idéologie du travail » quand on est peu porté à la réflexion intellectuelle. 
Et Karim Wade n’est pas allé parler de son « idéologie » à n’importe qui. Il a bien choisi sa cible, puisqu’il présente tout le temps Amath Dansokho comme l’exemple du sénégalais « qui n’a jamais travaillé de sa vie ». C’est frustrant quand celui qui donne la leçon est un villégiateur permanent entre Nice et Shanghai. Toute son « idéologie du travail » est un système d’emballements successifs directement emprunté à son père. Quand le prix du pétrole monte, il annonce une centrale nucléaire. Quand le prix du pétrole baisse, il annonce une centrale au charbon. 
Cette propension au mensonge et à la manipulation est leur marque de fabrique, mais elle a des limites. Plus personne ne les croit. Cette idée de gouvernement d’union est une façon d’isoler Macky Sall du reste de l’opposition. Quand ce sera fait, ils s’enfermeront de nouveau dans leur arrogance habituelle. Il était il y a seulement six mois un va-t-en-guerre inconsolable. S’il appelait lui-même à la paix, la mue serait trop brutale. Alors, il prête son nouveau masque à son fils. Il ne peut pas vouloir la guerre avec Macky Sall et la paix avec l’opposition. S’il voulait vraiment la paix, il commencerait par unifier son, divisé en écuries depuis qu’il s’est emparé du pouvoir. Les Sénégalais ne savent plus à quel singe se vouer. Tantôt c’est le bonobo qui veut faire l’amour, tantôt c’est le macaque qui veut faire la guerre.
SJD


Auteur: Souleymane Jules Diop -

Articles similaires






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (0)


Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]