Societe

Societe

Mendicité et Ramadan : les ‘professionnels’ crient à la concurrence déloyale

  • Source: : Le Soleil | Le 13 septembre, 2008 à 14:09:50 | Lu 4526 fois | 0 Commentaires
content_image

Mendicité et Ramadan : les ‘professionnels’ crient à la concurrence déloyale

Le climat particulier de ce mois de solidarité et de charité, incite des ‘occasionnels’ à tâter de la mendicité. Ils sont de plus en plus nombreux, en effet, aux alentours des mosquées, dans les carrefours de la capitale, les marchés etc, à guetter la moindre silhouette pour se ruer sur elle, espérant lui soutirer quelque chose. Mais, entre ceux qui ont fait de la mendicité une profession et les néophytes, c’est-à-dire ceux qui profitent de cette période de pénitence pour tendre la main, ce n’est pas le parfait amour.

Le phénomène s'accroît d'année en année dans notre capitale. Si la mendicité fait partie de nos traditions, elle revêt de nos jours de nouvelles formes et draine de plus en plus de gens. La raison la plus invoquée pour expliquer cette tendance est, bien sûr, la pauvreté. Ils sont talibés (contraints par les maîtres coraniques), handicapés, ‘mères’ de jumeaux ou mères célibataires ou simplement personnes âgées. Ils ont choisi ce ‘métier’ comme gagne-pain.

Leurs lieux de prédilection : les carrefours, les feux tricolores, les alentours des mosquées et des services publics, les marchés et les endroits très fréquentés. En ce mois de Ramadan, la mendicité a pris des proportions inédites. Un petit tour au centre-ville permet de se convaincre que le nombre de quémandeurs d'aumône a littéralement explosé. Et ce n'est, certainement, pas par hasard. Le mois de carême n'est-il pas le mois de la solidarité et de la charité par excellence, la période durant laquelle les plus avares sont tentés de délier un peu le cordon de la bourse ? Les mendiants ont bien intégré ce paramètre. ‘En plus, témoigne l'un d'eux, il y a beaucoup de gens qui passent l'année à commettre des pêchés et ils essaient de se racheter à travers de bonnes œuvres comme l’octroi de l’aumône pendant le Ramadan’.

Dans cette ferveur du Ramadan, on compte évidemment les ‘professionnels’, c'est-à-dire ceux qui vivent de charité pendant les douze mois de l'année et les nouveaux venus qui profitent de l'occasion pour se remplir les poches.

Agée d'une trentaine d'années et portant deux jumeaux de 2 ans dont elle dit être la maman, Rokhaya Sène fait partie de cette seconde catégorie. Rencontrée aux alentours de la Grande mosquée de Dakar, notre novice d’interlocutrice lâche tout de go : ‘je ne savais pas que c'était aussi lucratif’. Et de regretter, ‘je l’ai tardivement compris’. De l’avis de Rokhaya Sène, certains mendiants n’ont rien à envier aux salariés parce qu’ils tirent bien leur épingle du jeu. Cependant, la bonne dame est consciente que ‘la mendicité gagne du terrain’ parce que le créneau est porteur et accessible à tout le monde. Le père de ses jumeaux l'a abandonnée, confie-t-elle. Avant le carême, elle assure qu'elle avait du mal à nourrir ses enfants. Elle a donc décidé de tenter ‘l'aventure’. Et ça lui réussit. ‘Ce que j’ai commencé à gagner pendant ce mois était inespéré’, soutient-elle avec un sourire qui en dit long sur sa satisfaction.

Son cas est loin d’être isolé. Les fidèles de la Grande mosquée de Dakar, et de bien d'autres mosquées pourraient en attester. Ces lieux sont littéralement envahis par les mendiants du matin, aux heures de rupture du jeûne.

Fatoumata Sy une veille dame, la cinquantaine environ, croisée à la Mosquée de la Sicap Liberté 3, fait aussi partie du lot des mendiants occasionnels. Le regard fuyant, elle n'a guère envie, avoue-t-elle, d'être vue des gens de son quartier. D’ailleurs, elle tenta de nous interroger pour savoir si nous n'étions pas du même quartier qu'elle, avant d'accepter de répondre à nos questions. ‘Je ne suis pas vraiment une mendiante, mais j'ai pensé qu'en ce mois, les âmes charitables ne manquent pas et c’est pourquoi je suis là’. Et Fatoumata Sy se sent heureuse de son métier d’occasion.

Haro sur la ‘concurrence déloyale’

Si les gens charitables ne font pas la différence entre les mendiants permanents par nécessité et les occasionnels du mois de jeûne, les premiers voient d'un mauvais œil l'arrivée de leurs nouveaux concurrents qui, estiment-ils, leur font une concurrence déloyale. Mariétou Sarr, une sexagénaire qui mendie toute l'année, confirme cette réalité. ‘Ici on sait qui est mendiant et qui ne l'est pas. Au Sénégal, il suffit que quelqu'un commence quelque chose pour que tout le monde s'y lance’, peste-t-elle en dénonçant les ‘opportunistes qui aiment la facilité’.

Se sentant offusqués par ces propos, les mendiants qui sont logés dans la catégorie des ‘occasionnels’ assurent que, de toute façon, eux n’entendent pas continuellement tendre la main et qu'ils laisseront tomber dès la fin du Ramadan. ‘Je ne compte pas m'éterniser là-dedans. J'abandonnerai un jour parce que ce n'est pas mon domaine’, promet Rokhaya Sène qui prévoit sa dernière sortie pour le jour de la fête de la Korité.

Parions que d'autres qui auront pris goût à l'exercice ne seront pas tentés de poursuivre l'expérience dans un pays où la solidarité est une valeur cardinale et où il suffit de peu pour attendrir les cœurs les plus endurcis. La cause est certes louable, mais cette générosité ne nourrit-elle pas le phénomène qui devient un véritable problème de société ?


Auteur: Paule Kadia TRAORE - Le Soleil

Articles similaires






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (0)


Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]