Societe

Societe

NEGOCIATIONS-GOUVERNEMENT-MFDC : Les préalables du Maquis.

  • Source: : Elle.fr | Le 27 avril, 2010 à 13:04:56 | Lu 4611 fois | 0 Commentaires
content_image

NEGOCIATIONS-GOUVERNEMENT-MFDC : Les préalables du Maquis.

Décidément, tout se passe comme si le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (Mfdc) et le gouvernement du Sénégal jouaient à cache-cache. A qui dribblera l’autre. Ainsi, après la sortie jeudi à Ziguinchor, du Premier ministre, Souleymane Ndéné Ndiaye, déclarant que le « gouvernement était prêt à négocier dès demain » et que c’est le ministre de l’Intérieur, Bécaye Diop qui dirigerait la délégation officielle, la réaction du maquis, contacté par la « Sentinelle », n’a pas tardé .

Celui-ci pose en effet deux conditions : le retrait de l’armée sénégalaise le long de la frontière avec Bissau et, l’organisation d’assises inter Mfdc avec « l’aide » de l’Etat du Sénégal, pour, disent-ils, désigner leur délégation et parler d’une seule voix aux éventuelles négociations.

Pour voir clair dans ce marécage du sud du pays, il faut rappeler l’histoire récente des hauts et des bas de la distorsion des relations entre le maquis et les autorités de Dakar, distorsions ayant conduit à des actes de braquages (pirateries ?) sur les routes de la Casamance, des escarmouches périodiques avec héla des pertes en vies humaines du côté de l’armée que le pays entier déplore. Ainsi, la région sud va connaître depuis « Foundiougne 1 » en 2005, du vivant du chef charismatique du Mfdc, l’Abbé Diamacoune Senghor, qui était quoi qu’on en dise, le »ciment », voire la « constante » du mouvement comme dit l’autre.

Tout semblait donc bloqué jusqu’à cet interview accordé par César Atoute Dadiate, chef d’Etat major du Front sud, communément appelé « Front de Kassolol », paru dans la « Sentinelle » du 10 mars 2010. César Atoute Badiate nous déclarait alors : « Nous voulons des négociations. Maintenant. ». Cette déclaration surpris quelque peu les autorités sénégalaises qui allèrent même jusqu’à commettre quelques contre vérités en déclarant sur les antennes de Rfi « qu’elles étaient en train de négocier » avec le maquis, notamment avec la branche de Atouite Dadiate, et cela, au moment même où sur le terrain, l’armée et le maquis s’affrontaient pour le contrôle et/ou la récupération de bases, avec à la clé plusieurs morts du côté de l’armée. Puisque comme on le sait, depuis le début de ce conflit il ya vingt huit ans, personne n’a été en mesure de dire les pertes du côté du Mfdc, puisqu’il ne donne jamais de bilans chiffrés. Des obstacles à lever.

Dix jours après cette sortie du maquis dans la « Sentinelle », un autre responsable du maquis, celui-là même que nous avons joint hier, lit un communiqué à Rfi martelant leur volonté de négocier, ajoutant même « sans conditions ». Il y a moins d’une semaine, le chef de l’Etat, Me Wade, annonce la disposition du gouvernement à négocier avec Atoute Badiate et désigne son Premier ministre pour diligenter les pourparlers. Et hier, jeudi 22 avril, depuis Ziguinchor où il se trouvait, le chef du gouvernement lève un coin du voile en déclarant : « l’appel de César (Atoute Badiate, ndrl) a été entendu. Le gouvernement est fin prêt pour négocier avec le Mfdc. Même demain. On est prêt à négocier en terre sénégalaise avec le Mfdc, à Oussouye, Ziguinchor ou Foundiougne. La Casamance fait partie du Sénégal. Les négociations vont se tenir au Sénégal ».

Si le gouvernement du Sénégal reste ferme sur le lieu de ces négociations (n’importe ù au Sénégal) si elles ont lieu, il reste que cela va constituer le premier obstacle à celles-ci. En effet, joint hier, un des responsables du maquis, en l’occurrence, François Diédhiou, secrétaire particulier de Badiate , ne voit pas les choses de cette manière. Après avoir précisé qu’il parle en l’absence de son « chef, le général César », il clarifie cependant ce qui semble être leur ligne de conduite : « nous avons une plate-forme que nous avons donné au gouvernement sénégalais qui est,1) le retrait de l’armée sénégalaise de la frontière avec Bissau, 2)l’organisation d’assises inter Mfdc avec l’aide de l’Etat ». Et d’ajouter que ce sont-là leurs « priorités », et que si « le gouvernement veut négocier, qu’il satisfasse nos deux revendications ».

Dialogue de sourds.

Il ya tout lieu de croire que ces deux « revendications-préalables » ne vont pas être du goût du gouvernement et pourraient faire l’objet d’âpres discussions pour rapprocher éventuellement les positions. Le fondement de ces revendications, à en croire notre interlocuteur, est que « c’est Tout le Mfdc qui négocie pas seulement le maquis, et pour cela, il faut qu’on puisse se réunir et désigner nos négociateurs avec les ailes civiles et politiques dont beaucoup sont à l’étranger ». Notre interlocuteur confie que pour sa part, le « maquis s’est déjà réuni et qu’il reste l’aile politique et l’aile civile ». Quand on lui demande pourquoi le maquis ne peut pas négocier seul, il martèle avec force : « le maquis à lui seul n’est pas le Mfdc et, mon chef (Badiate, Ndlr) défend la cause d’une branche ».

Négocier oui, mais où ?

Un brin irrité pour notre insistance, il se fait presque menaçant : « Si c’est la guerre qui est la solution ultime pour régler la crise, nous sommes prêts à la faire. Nous attendons de voir la solution que le gouvernement nous propose, après, nous nous concerterons pour apprécier ». A la question pourquoi Atoute Badiate ne peut pas négocier seul, il assène : « ce n’est pas Atoute qui va négocier, ce sont tous les Casamançais qui doivent négocier ». Pour lui,« s’ils (Mfdc) ne peuvent se concerter pour désigner une délégation, c’est que le gouvernement n’est pas prêt pour négocier ». Enfin, concernant le lieu d’éventuelles négociations, il semble sur ce point aussi catégorique : « Nous voulons que les négociations aient lieu dans un terrain neutre, dans un pays neutre ».


Auteur: Demba NDIAYE - Elle.fr

Articles similaires






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (0)


Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]