Societe

Societe

Corruption dans la justice : Madické Niang promet de ‘débusquer’ les coupables

  • Source: : Le Soleil | Le 12 novembre, 2008 à 13:11:32 | Lu 2718 fois | 0 Commentaires
content_image

Corruption dans la justice : Madické Niang promet de ‘débusquer’ les coupables

Dans la série d’interpellations au ministre de la Justice qui défendait le budget de son département devant les députés, hier, figurait en bonne place la récurrente question sur la corruption dans la justice. Me Madické Niang a promis d’aller en guerre contre ce fléau.

Depuis l’éclatement de la rocambolesque histoire de la corruption dans la magistrature, en 2005, la question n’est plus un tabou dans le monde judiciaire. Pas plus tard qu’hier, le ministre d’Etat, ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Me Madické Niang, qui défendait le budget de son département devant les députés de la onzième législature, répondant aux interpellations des représentants du peuple, a laissé entendre ‘qu’on ne se voile pas la face, il y aura des gens qui vont tenter de corrompre des juges, mais il faut faire en sorte de les débusquer’. Il reconnaîtra au passage qu’’il y a des avocats pointés du doigt parce qu’ils sont considérés comme des corrupteurs et qu’il y a des justiciables qui sont des corrupteurs’. Le Garde des Sceaux a toutefois admis qu’il y a des ‘magistrats dignes’. D’après lui, ‘la majorité sont des gens dignes, des gens de confiance’. A titre illustratif, le ministre d’Etat, ministre de la Justice a donné l’exemple de ce substitut du procureur de la République qui a craché sur la rondelette somme de cinquante millions pour libérer le grand dealer de drogue d’origine nigériane dont le jugement est prévu dans les prochains jours au Bloc des Madeleines.

Me Madické Niang qui n’a pas caché son aversion pour la corruption, considère ce fléau qui fausse le jeu de la concurrence et le déroulement d’une saine justice, comme de la prostitution. ‘La corruption est égale à une chose : la prostitution. Parce que l’on accepte qu’on achète sa conscience. C’est pourquoi, il faut lutter contre ce phénomène’. Ajoutant que les corrupteurs, qu’ils soient avocats, justiciables ou magistrats seront recherchés et punis conformément aux textes en vigueur. ‘Nous allons rechercher les coupables et les punir s’il y a n’en’, promet le ministre de la Justice.

Les questions des parlementaires ont porté sur les dernières histoires de viols qui ont défrayé la chronique. A ce sujet, Me Madické Niang a révélé qu’il était en phase avec les députés dans la condamnation et la punition de ces actes odieux. ‘On doit lutter contre le viol. Car, c’est une mauvaise chose pour toute la société’. Reste que le Garde des Sceaux n’a pas fait mystère de son opposition à la proposition faite par un député libéral de ‘castrer’ les violeurs récidivistes. ‘Je ne suis pas d’accord avec la castration. C’est dur. Et certaines formes de justice ont des relents de justice privée’, objecte Me Madické Niang.

Interrogé sur les ‘faux certificats médicaux’, le ministre de la Justice édifié sur la question par des années de pratique, a dit que plusieurs de ces dossiers délivrés par des médecins ne ‘reposent sur rien’. Il a demandé à cet effet aux juges de prendre leur responsabilité. ‘Je demanderai aux juges de prendre leur responsabilité pour poursuivre les médecins coupables de délivrer de faux certificats médicaux pour tromper la justice’, martèle Me Madické Niang.

Par ailleurs, l’actualité judiciaire a été évoquée dans les débats par les députés. Ainsi, répondant sur les mandats d’arrêt lancés par le ‘petit juge français’ contre neuf personnalités, dont l’ancien Premier ministre Mame Madior Boye, le Garde des Sceaux n’a pas varié dans ses réponses, comme depuis l’éclatement cette affaire le 12 septembre dernier. ‘Il (le juge français) a violé allégrement toutes conventions liant la France et le Sénégal et violé les protections dont bénéficient les ministres et les officiers de l’armée’, répète Me Madické Niang pour qui l’ancien juge d’instruction d’Evry en région parisienne, Jean Wilfrid Noël, aujourd’hui affecté à Dunkerque, voulait ‘fasciner’ ou faisait de la ‘gesticulation’.

Interpellé sur l’affaire Farba Senghor, le ministre d’Etat, ministre de la Justice a simplement laissé entendre que la ‘justice suit son cours’ et qu’il n’y a aucune ‘entrave’. Pour ce qui est du cas Kambel Dieng et Kara, le Garde des Sceaux a promis que toute la lumière sera faite, non sans faire remarquer que ‘ce n’est pas la seule affaire que le juge suit’.

Après les réponses du ministre de la Justice qui ont duré deux heures d’horloge, les députés ont, à l’unanimité, voté le budget de son ministère. Ainsi le budget du ministère de la Justice, pour la gestion 2009, est arrêté à la somme de 26 705 935 000 francs, soit une hausse en valeur absolue de 200 295 060 francs et de 0,76 % en valeur relative.

 


Auteur: Mamadou SARR - Le Soleil

Articles similaires






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (0)


Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]