Dimanche 17 Novembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Chronique

[Chronique] Une présidence de malheur

Single Post
[Chronique] Une présidence de malheur

« La seule condition pour que 
le mal puisse triompher, c’est que 
les bons ne fassent rien »
Edmund BURKE

Même reclus derrière son bureau à double porte capitonnée, Abdoulaye Wade doit entendre les hurlements effrayés des jeunes qui s’aspergent d’essence et qui s’allument. Malgré ses épais murs coloniaux tapissés d’isolants, il doit les entendre gémir et s’écraser sur le sol. Il doit apercevoir les mouvements de gyrophares qui percent les vitres blindées de ses appartements, signalant l’arrivée des sapeurs pompiers. L’odeur âcre doit parvenir à ses narines, des corps calcinés balayés par les masses d’air qui arrivent de la mer voisine. Je peux, de là, imaginer la détresse de cet homme, quand tombe le télégramme de l’état-major, pour lui annoncer la mort de soldats en Casamance, résultat de sa coopération « exemplaire » avec la République islamique d’Iran. 

Il est rare qu’Abdoulaye Wade exprime un sentiment réel. Mais il est m’est apparu dans le dernier communiqué du Conseil des ministres, un homme désespéré et un être seul. L’Iran était sa destination par dépit. Snobé par les chefs d’Etat occidentaux qui ne veulent plus le recevoir, détesté par ses pairs africains, il avait jeté son dévolu sur Ahmedinejad. Et voilà que son ami persan lui assène un violent coup de poignard dans le dos, l’obligeant à compter les morts par dizaines, là où il avait promis de réussir en cent jours. C’est avec la Casamance qu’il avait inauguré sa présidence macabre, par la mort de près de 2000 personnes. La mise à l’eau précipitée du bateau, la décision prise en Conseil des ministres d’acheter un seul moteur alors qu’il en fallait deux, tout avait été fait pour nous mener à la plus grande catastrophe de l’histoire de la navigation maritime. Nous en oublions tous ceux qui se sont noyés dans « ses » bassins de rétention dont il ne veut plus entendre parler, ainsi que les milliers de jeunes qui ont péri en mer, en tentant de regagner l’Espagne. 

Les prévisions les plus pessimistes ne pouvaient pas laisser envisager un tel déferlement de malheurs. Quel que soit le bout par lequel on la prend, cette présidence n’a été qu’une succession d’évènements tragiques. 

Mais Abdoulaye Wade ne doit s’en prendre qu’à lui-même. Il est resté sourd à toutes nos imprécations, emporté par les éloges de ses laudateurs. L’argent, qu’il avait érigé au rang de culte, ne lui est plus d’aucun secours. Il n’y en a pas assez pour corrompre tout le monde. Il n’obtient des avances que de politiciens vendus qui n’ont plus aucune crédibilité. Alors qu’il veut briguer un nouveau mandat, aucun constitutionnaliste sérieux ne veut défendre sa cause perdue. Ses propres partisans ne le soutiennent plus sur le sujet. Ils démentiraient les propos tenus dès le lendemain de son élection surprenante en février 2007 par Abdoulaye Wade lui-même, qui déclarait que la Constitution ne lui permettait pas de se présenter une troisième fois. Il veut se convaincre que le Conseil constitutionnel le contredira. Mais peut-il le faire sans le livrer à la vindicte populaire et aux cris de réprobation du monde entier ?

Pendant ce temps, les Sénégalais sont confrontés à un quotidien de plus en plus insupportable, que les promesses sans lendemain ne suffisent plus. Si des hommes si attachés à leur foi en arrivent à s’enlever la vie d’une manière aussi violente, c’est qu’ils sont gagnés par le désespoir. En venant se suicider devant les grilles de son palais, ces jeunes désespérés lui font porter la responsabilité de leurs souffrances. A défaut de pouvoir éliminer la source de leurs malheurs, ils s’éliminent eux-mêmes. C’est le moment que choisit Karim Wade pour sortir « Takkal », son idée de génie. Littéralement, « brûlez ».

Ce qui arrive est bien dommage. Abdoulaye Wade a été, dans l’ensemble de son parcours, un brillant homme politique. Il a le mérite d’avoir créé l’un des partis politiques les plus performants et les plus modernes d’Afrique. Ses méthodes ont été parfois contestables, mais elles pouvaient être compréhensibles et même justifiables, dans un contexte d’opposition difficile en Afrique. C’est justement en se remémorant tous les sacrifices qu’il a consentis et toute la peine qu’il s’est donnée pour devenir président de la République que l’on peut se dire mais quel dommage ! S’il avait été  plus sensible au sort de ses concitoyens qu’à celui de sa famille, il serait sans aucun doute l’un des plus grands hommes de l’histoire contemporaine et un des plus grands génies politiques de son temps. 

Tout a commencé à se gâter quand son eugénisme primaire et sa soif obsessionnelle de grandeur lui ont fait penser qu’il pouvait imposer son fils à la tête de ce pays. Tout ce qui s’opposait à cette dévolution monarchique du pouvoir devait être réprimé par la force. Ce pays s’est refusé à cet arrangement, puisqu’il ne s’est jamais offert à lui. Une semaine avant sa raclée du 22 mars 2009, Karim Wade déclarait à la radio que « la campagne électorale a montré, Mamoudou, que je mobilise plus que toute l’opposition réunie ». Il est clair qu’à la lumière de tout ce qui a été sacrifié pour parvenir à ce résultat, Abdoulaye Wade doit aujourd’hui regretter de s’être laissé berner. Il a démantelé l’Etat qu’il a trouvé, désorganisé le parti qu’il a créé dans le seul but de nous imposer son fils, « le seul capable de diriger un si grand ministère », malgré ses résultats électoraux catastrophiques. Les évènements qui se déroulent dans le monde doivent lui causer des cauchemars. En voulant le bonheur de son fils, il a causé son propre malheur. Même sa stratégie moribonde qui consistait à diviser les musulmans pour réunir les mourides autour de sa personne a été un échec. 

Une présidence qui s’étale sur douze années, deux mandats successifs pour aboutir à cette présidence pour rien. Tous les progrès réalisés au début des années 2000 ont été anéantis par le brouillon qui entoure ses prises de décision, la cacophonie qui règne dans son gouvernement. Il a sans doute profité du pouvoir, mais toutes ces faveurs qu’il s’est offertes ne représentent plus rien à côté de ses angoisses existentielles. Il aurait pu connaître une fin semblable à celle de Mandela. Mais rien de si grand ne lui sied. Il a sans doute l’intention de bien faire, maintenant qu’il lui apparaît au grand jour que son projet monarchique est une folie. C’est l’explication qu’il faut donner à la maladresse avec laquelle il cherche à alléger sa conscience. Mais les forces lui manquent. Sa mémoire l’abandonne. Son corps, qui le portait fièrement, est devenu son principal obstacle. Il est littéralement dans ce que de Gaulle considère comme un naufrage, la vieillesse. Ses proches auraient pu lui être d’un grand secours, en de telles circonstances. Mais il les observe d’un regard résigné. Il a atteint un âge où il ne se fait plus aucune illusion sur les hommes. Il sait que tous ceux qui l’entourent de propos élogieux n’attendent que sa chute pour le haïr, sa mort pour le vilipender. 

SJD


Article_similaires

19 Commentaires

  1. Auteur

    Ndiambé

    En Mars, 2011 (08:11 AM)
    first, man!
  2. Auteur

    Grand Chef

    En Mars, 2011 (08:14 AM)
    number 1
    Auteur

    Krypton

    En Mars, 2011 (08:21 AM)
    bien dit!
    Auteur

    Gaynako

    En Mars, 2011 (08:28 AM)
    bien pense

    et bien dit merci jules
    Auteur

    Bc

    En Mars, 2011 (08:40 AM)
    lamine diack president le plus credible des candiats wade doit quitter le pouvoir
    Auteur

    Thiopos

    En Mars, 2011 (08:45 AM)
    c pertinent jule bonne continuation tu fais parti de ce qui nous donne des raisons d esperer un probablement changement
    Auteur

    Bayezale

    En Mars, 2011 (09:23 AM)
    ceux qui insistent tout le temps en demandant à SJD de rentrer au Sénégal ,veulent tout simplement lui reserver le sort de talla sylla ( les marteaux et les briques ) mais ne vous en faites pas il sera à Dakar INCHALLAH EN 2012 APRES LA DEFENESTRATION DE CE REGIME DE LA HONTE !!!!
    Auteur

    Sanndiaye

    En Mars, 2011 (09:53 AM)
    Bien Dit Amiral pas de GAdio pas de Macky encore moins Idy il est plus dangereux que Wade je sais comment t'as pu travailler avec ce diable de Wade Jules rien quand regardant sa face de macaque on sait que c'est Satan le Mal la Souffrance en personne
    Auteur

    Pif

    En Mars, 2011 (15:41 PM)
    Aidez moi car j'ai un gros probleme!

    Jen ai aasez d'abdoulaye wade je veux plus le voir,pffffffff le probleme ne se situe pas là; mais il se trouve que les gens de l'oppositions ne m'inspirent point confiance popopop que dois -faire????? :sad:  :sad:  :sad: 
    Auteur

    Masseye

    En Mars, 2011 (17:31 PM)
    franchement chapeau jules ta plume est tres pertinente bravo
    Auteur

    Anita Chaupin

    En Mars, 2011 (19:48 PM)
    mon frére tu as raison depuis le début j'espère que les sénégalais vont réagir !!!!quand un peuple arrive au point ou il préfère d'immolé devant le palais que continuer a subir le gouvernement actuel et ces bêtises!!!!wade a faut sur toute la ligne il a essayer d'aveugler la populations avec ces nouvelles routes et autre!!!!mais faut pas oublier l'essentiel notre fameux monument de la libération qui a couter une bagatelle de juste quelques milliard rien que sa !!!!alors que les sénégalais galère wade ne connait pas le sens des priorité et en plus de sa il y a le manque d'électricité il ose dire que sa dérange pas les sénégalais de s'éclairer a la bougie faut il rappeler a notre cher président que nous sommes en 2011 et que l'air de la bougie et des lanternes est dépasser révolter vous ne vous laisser plus faire car wade est dans le déni total car il pense que la population sénégalaise l'aime et l'admire il serait temps de lui ouvrir les yeux!!!!!!!!
    Auteur

    Zo

    En Mars, 2011 (00:31 AM)
    SJD se contredit des fois

    Il a des contes personnel

    Et même des idées hypocrites
    Auteur

    Ozi

    En Mars, 2011 (12:52 PM)
    Vous
    Auteur

    Une Lectrice

    En Mars, 2011 (13:26 PM)
    Merci SJD c'est vraiment très bien écrit et cette fois ci je suis toute émue, c'est un article à la limite triste!!Vraiment dommage comme tu dis!!!Tu maîtrise ta plume et tu es un grand!!!Bravo!
    Auteur

    Requin

    En Mars, 2011 (15:35 PM)
    tu as raison
    Auteur

    Weuz

    En Mars, 2011 (17:01 PM)
    LA REVOLUTION C est Jules DIOP DanS LE NET INVITE VOS COPAINS A lIRE Jules dIOP ET LE PEULPLE SE LIBERERA
    Auteur

    Game Over

    En Mars, 2011 (23:04 PM)
    WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!!

    WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!!

    WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!!

    WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!!

    WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!!

    WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!!

    WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!!WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!! WADE DEGAGE!!!
    Auteur

    Feeegne

    En Mars, 2011 (01:39 AM)
    JULE avec toi on va gagner je le sens continu
    Auteur

    Sada

    En Mars, 2011 (19:21 PM)
    si wade croit qu'avec le prolongement de la retraite de babacar diagne il sera tout jeune il se trompe

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email