Societe

Societe

AUTORITÉ PARENTALE : Légiférer pour équilibrer la famille

  • Source: : Lobservateur | Le 13 juillet, 2009 à 17:07:16 | Lu 6214 fois | 0 Commentaires
content_image

AUTORITÉ PARENTALE : Légiférer pour équilibrer la famille

La notion n’est pas encore consacrée par le droit sénégalais, mais plusieurs personnes plaident en faveur de l’application de l’autorité parentale. En ce sens que c’est un régulateur des rapports conjugaux, mais qu’elle est révolutionnaire et s’accorde avec l’ère du temps.

Une loi tarde encore à l’appliquer, mais ceux qui militent pour l’instauration de l’autorité parentale posent toujours le débat. Ils ont même fourni assez d’arguments pour essayer de convaincre. Vendredi dernier, le Réseau africain pour la promotion de la femme travailleuse (RAFET) a organisé un dîner-débat sur le thème : « Où en sommes-nous avec l’autorité parentale ? ». Un riche panel qui a regroupé des professionnels du droit, religieux, universitaires et parlementaires. A cette occasion, la magistrate Aïssata Raby Wane a rappelé que l’autorité parentale est une « notion nouvelle et révolutionnaire » adoptée par le législateur français, mais elle reste « un manque » dans le droit sénégalais. Selon elle, c’est seulement en cas de « situation exceptionnelle » que l’autorité est dévolue à la femme. Et la femme n’exerce ce droit qu’en cas de déchéance, d’adultère, de décès du conjoint ou parfois si le mariage est dissout. Pour le Pr. Amsatou Sow Sidibé, présidente du RAFET, le code de la famille ne reconnaît que la « puissance paternelle ». Or, a-t-elle soutenu, le débat doit être ouvert quand on sait que cette notion d’autorité paternelle est aujourd’hui confrontée à la mondialisation, à la crise des valeurs. Pour sa part, le ministre d’Etat, ministre de la Famille et de la Petite enfance Ndèye Khady Diop a estimé que l’équilibre de la famille dépend du partage des rôles en son sein entre le père et la mère. Elle a aussi noté que si cette autorité n’est pas accordée à la femme, ce sont plus de 52% de la population qui seraient privée et par-delà, la société toute entière. Dans la même veine, la directrice régionale du Fonds des Nations unies pour la Femme (Unifem) a soutenu qu’il faut reconnaître à la femme ce droit, estimant « qu’aujourd’hui, la majorité des hommes (pères) émigrent, laissant les femmes chefs de famille. Que la responsabilité parentale soit donc légalement partagée entre la mère et le père », a-t-elle plaidé. Abondant dans le même sens, le secrétaire général du ministre de la Justice, représentant de Me Madické Niang, a pensé que pour « aller avec l’ère du temps », il faut redéfinir la notion d’autorité parentale, la réadapter et offrir des prérogatives aux femmes.

S’appuyant sur les textes de grands penseurs musulmans, l’islamologue Abdoul Aziz Kébé a souligné que l’Islam se rapproche de plus de l’autorité parentale qui est une notion inclusive. Egalement, « le rapport conjugal est d’absolue égalité », selon Abbé Augustin Ndiaye, curé de la Cathédrale de Dakar. Quant au Pr. Abdallah Cissé, directeur du Cur de Bambey, il a fait remarquer que l’autorité parentale est une « notion évolutive » qu’il faut éviter de figer dans le temps. Pour lui, elle un mode de gouvernance familiale qui doit avoir un cadre institutionnel. En ce sens, il a tous les pouvoirs (judiciaire, législatif et exécutif) d’en faire leur affaire. Pour autant, le Pr. Cissé a estimé que l’autorité parentale n’a de légitimité que dans la sauvegarde des droits de l’enfant. « Si on ne met pas les enfants au devant, notre autorité sera une coquille vide », a-t-il prévenu. Aussi, l’autorité parentale semble, pour les intervenants, un gage d’harmonie au sein de la famille. Elle peut même être, a dit Ndèye Khady Diop, « un facteur de solidarité et de vivification de la cellule familiale ». C’est pourquoi Aïssata Raby Wane a demandé de la légiférer. Mais avant, a-t-elle précisé, il faut un travail d’harmonisation des textes.


Auteur: Maguette NDONG - Lobservateur

Articles similaires






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (0)


Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]