Economie

Economie

Dette intérieure : Le secteur privé déplore une “ absence de visibilité ”

  • Source: : Lobservateur | Le 12 novembre, 2008 à 15:11:25 | Lu 4130 fois | 0 Commentaires
content_image

Dette intérieure : Le secteur privé déplore une “ absence de visibilité ”

Suite aux déclarations du ministre d’Etat, ministre de l’économie et des finances devant les députés sur dette intérieure de 174 milliards au lieu de 300 milliards, le secteur privé en appelle surtout à l’apurement effectif de ses créances et déplore un manque de communication dans ce dossier.

Le patronat sénégalais par la voix de la Confédération nationale des employeurs(CNES) et du Conseil national du patronat(CNP ) considère la question de la dette intérieure comme un impératif économique à apurer au plus vite, dans un climat marqué par des difficultés de toutes sortes rencontrées par les entreprises. Pour le vice-président de la CNES, Abdel Kader Ndiaye, par ailleurs Président du syndicat national des entreprises de BTP(SNBTP), son organisation réserve sa réponse sur les chiffres avancés par le ministre des finances après l’apurement effectif des 174 milliards de francs CFA. Le secteur privé prend acte de cette déclaration même s’il précise qu’il y’a à ce jour un volume important de factures en souffrance dans des agences nationales et qui, par conséquent, ne sont pas encore parvenues au trésor public. Le vice-président de la CNES avance que rien que le recensement de la dette au sein du BTP dépasse les 100 milliards. Le débat, insiste t-il, n’est pas dans le volume d’une dette impayée depuis 2 ans mais bien dans sa liquidation effective d’autant plus qu’on assiste depuis quelque temps à un ralentissement de l’activité économique dû à une baisse drastique du chiffre d’affaires de plusieurs entreprises concernées par ce dossier. Pire, renchérit de son côté Omar Sow du conseil national du patronat(CNP) par ailleurs Directeur général adjoint de l’entreprise de BTP CSE, nous sommes en passe de perdre quelque deux points de croissance par rapport à l’an dernier. Or il est de notoriété publique que c’est le BTP, durement éprouvé par cette question de la dette intérieure, qui tire la croissance du pays depuis quelques années. Rien que l’entreprise CSE court encore derrière 15 milliards de francs CFA renseigne notre interlocuteur. Les acteurs du secteur privé déplorent en chœur une “ absence de communication et de visibilité ” dans ce dossier épineux. L’Etat, remarquent-ils, n’a pas fixé d’échéance pour le paiement de cette dette. Leurs entreprises n’ont plus de lisibilité financière. Ce qui aboutit à des problèmes de crédibilité auprès des banques de la place qui rechignent de plus en plus à leur faire confiance. Les entrepreneurs regrettent cette situation de “ galère économique ” dans laquelle elles se trouvent engluées et en appellent d’ailleurs à une concertation pour que des solutions urgentes soient trouvées à un problème qui est en passe de plomber toute la chaîne de production de richesses du pays.


Auteur: Mamadou Lamine DIATTA - Lobservateur

Articles similaires






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (0)


Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]