OhMonDieu

Guédiawaye : Deux amis agressent et violent une fillette de 14 ans

PARTAGES | J'AIMES |

Lu: 823 fois
Jul 23, 22:15
1 Commentaires | Tags: Deux,amis,violent,fillette,14ans,Guédiawaye,

Une rocambolesque affaire de viol collectif sur mineure de 14 ans a atterri ce mardi devant le tribunal de Grande Instance de Pikine. Le procès qui implique les nommés Ibou Bop et Assane Maréga, âgés respectivement de 20 ans et de 29 ans, a été renvoyé au 19 juin prochain pour plaidoiries. Il résulte des termes de la plainte, formulée par le sieur A. D, enseignant, domicilié à Daroukhane Guédiawaye que sa fille M.S.D, âgée de 14 ans, lui avait demandé un jour du mois de janvier, l'autorisation de se rendre chez une de ses camarades de classe. Elle dit vouloir lui emprunter un livre de mathématiques. Cependant après son départ à 17 heures, il est resté jusqu'à 20 heures sans avoir de ses nouvelles. C'est ainsi qu'il s'est lancé en compagnie de son épouse à sa recherche dans tout le quartier et aux domiciles de ses amis sans succès. Désemparé, il est retourné chez lui. Ainsi, vers 3h du matin, le nommé Ibou Bop l'a joint au téléphone pour l'informer qu'il venait de retrouver sa fille qui pleurait de chaudes larmes près de la boutique du quartier et qu'il allait la ramener. Quelques minutes après, ils se présentent chez lui et Ibou Bop qu'il venait pour la première fois de voir, se présente et lui dit qu'il habitait le même quartier avant de s'en aller. Seulement après le départ de celui-ci, il a constaté que sa fille en plus du pull-over qu'elle portait, avait une blessure au niveau de l'un de ses bras et que plusieurs de ses tresses étaient arrachées. Interrogée, elle s'est mise à grelotter et à pleurer de toutes ses larmes, tout en refusant de parler. Le lendemain aussi, elle a refusé de se rendre à l'hôpital sur demande de sa maman pour une consultation, tout en disant qu'elle n'allait plus remettre les pieds à l'école. Mais grande fût sa surprise, lorsque la situation s'est répétée au mois d'avril dernier. « Ce jour-là, je lui avais demandé de m'acheter du lait caillé à la boutique. Ce n'est que vers 5h du matin qu'elle a été retrouvée. Face à ma détermination de tirer l'affaire au clair, elle s'est confiée à moi en me disant qu'elle a été détournée de son chemin par le nommé, Ibou Bop qui l'a tenu en respect avec un couteau. Comme il l'avait fait au mois de janvier dernier. Prise de panique, elle l'a suivi. Une fois chez son ami Assane Maréga, il a abusé d'elle sexuellement avant que son acolyte ne prenne le relais. Ainsi que deux autres de ses amis », a soutenu le sieur Diongue. Entendue par les enquêteurs, M.S.D, élève en classe de 5e secondaire réitère les mêmes déclarations. « C'était au retour de chez mon camarade de classe au mois de janvier vers 19h que le nommé Ibou Bop m'avait pris par derrière. Il s'est agrippé à mes tresses dans une ruelle. Lorsque j'ai voulu m'opposer à lui, il m'a assené un coup de couteau sur la main. Et, il m'a conduite chez son ami Assane Maréga. Sur place, Ibou m'a contraint à des relations sexuelles avant que ses trois amis, dont Assane n'en fassent de même. Après leur forfait, Ibou m'a menacée d'abrèger ma vie si jamais, je le disais à mes parents », a-t-elle alléguée. A leur tour Ibou Bop et Assane Marega adoptent le système de défense de la dénégation devant les limiers du Commissariat de Waxinat Nimzatt, sans convaincre. Le premier nommé, tailleur de son état, soutient n'avoir rencontré fortuitement sa victime qu'une seule fois, au niveau de la boutique. Et, c’était au mois janvier avant de la ramener chez elle. Certes, dit-il, son ami s'était présenté en compagnie de sa victime chez lui. Mais, il n'a pas participé au viol.

Recent posts

commentaires

live comment
  • Bof

    trop tirer par les cheveux c'est juste une partouz qui a mal tourné. à 3 ça va mais à 5 ça devient chaud pour la fille