Mardi 18 Juin, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Banner 01
Societe

RELOGEMENT DES SINISTRES : L’Etat va créer des maisons préfabriquées

Single Post
RELOGEMENT DES SINISTRES : L’Etat va créer des maisons préfabriquées

Le gouvernement va faire recours à des maisons préfabriquées pour accueillir les sinistrés. Le ministre d’Etat, ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat, de la Construction et de l’Hydraulique, Oumar Sarr, en a fait l’annonce, hier. Il a apporté des éclairages sur l’attribution des logements à « Jaxaay ».

En plus des tentes, le gouvernement a décidé de créer des maisons préfabriquées pour reloger les sinistrés. « Nous avons un programme de maisons préfabriquées. Ce sont des maisons qui ne coûtent pas chères. Nous voulons aussi construire des maisons avec les matériaux locaux », révèle le ministre d’Etat, Oumar Sarr. Le coût par maison est estimé entre 1 million et moins de 2 millions de Fcfa. S’agissant du plan « Jaxaay », le ministre d’Etat est formel. Son département n’intervient pas dans l’attribution des logements. De plus, il soutient que la distribution est faite de manière transparente. « Je suis au regret de vous dire que je ne sais pas comment se fait l’attribution. Mon département n’intervient pas. C’est la commission départementale avec le préfet qui se charge de la répartition. Nous leur donnons le nombre de maisons construites », précise Oumar Sarr. Mises à part quelques personnes déguerpies dans d’autres sites qui sont relogées avance le ministre, des non sinistrés ne sont pas bénéficiaires de logement. Le ministre Oumar Sarr reste ouvert à la création d’une commission d’enquête parlementaire pour vérifier s’il y a ou pas des non sinistrés qui habitent à « Jaxaay ». « Personne n’a deux maisons à « Jaxaay ». Je suis prêt à collaborer avec une commission d’enquête parlementaire pour regarder s’il y a des non ayants droit qui ont des logements », a dit Oumar Sarr, qui a fait savoir que la construction des logements va se poursuivre.

Le gouvernement écarte tout déguerpissement

Le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur a précisé que le gouvernement n’a jamais pris la décision de déguerpir les populations sinistrées. « Nous avons décidé de reloger les populations. Nous avons été à Tivaouane Peulh. Les tracteurs sont sur place. Il faut faire en sorte que le site soit habitable », a-t-il souligné, tout en se félicitant du recours à des maisons préfabriquées en lieu et place des tentes. Le ministre a ajouté que le chef de « l’Etat est très sensible aux problèmes des inondations ». « Le président ne se repose plus, parce qu’il faut qu’il trouve des solutions », a dit M. Diop. Et le ministre d’ironiser : « quand je prie Dieu, je demande qu’il pleuve partout au Sénégal sauf à Dakar ». C’est pourquoi le ministre d’Etat a demandé aux députés de soutenir les ministères techniques afin qu’ils réussissent leur mission. Il a également dénoncé le comportement de certaines populations qui ont eu des maisons « Jaxaay » et qui sont revenues dans les eaux. « C’est devenu un fonds de commerce », s’est désolé Bécaye Diop, qui informe que « le gouvernement a décidé de ne jamais autoriser des lotissements dans des zones non edificandi ».

Le gouvernement a pris la décision d’installer 150 paratonnerres sur l’ensemble du territoire national. Le commandement territorial est chargé d’identifier les sites où mettre ces supports utilisés contre les foudres, selon le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, Bécaye Diop. Le ministre d’Etat a promis un accompagnement pour l’entretien des paratonnerres.

Les élus pour un consensus national

Face à la « complexité » du problème des inondations, les députés ont demandé un consensus national qui impliquerait le pouvoir, l’opposition et tous les autres segments de la société. La proposition est venue du député, Me Ndèye Fatou Touré. Le député du Mouvement « Tekki » a appelé à un consensus national autour de la question des inondations. « Les inondations sont un problème complexe qui demande la participation de tout le monde », a dit Me Touré. Le jeune député Tafsir Thioye a dit être en phase avec elle, mais a demandé à l’opposition de jouer « un franc jeu ». « L’opposition avait utilisé les inondations pour convaincre les populations. Après avoir influencé les populations, l’opposition se trouve aujourd’hui dans l’incapacité à régler le problème des eaux », a-t-il rappelé. L’écologiste Ousmane Sow Huchard a appuyé la demande du député du Mouvement « Tekki », insistant sur la complexité du problème des inondations. M. Sow va plus loin. Il propose la tenue des états généraux de l’Aménagement du territoire.

« Nous devons nous rassembler : l’Etat, les experts, les partenaires au développement. Nous devons mettre fin au laxisme à laisser les mauvais citoyens s’installer partout », a lancé le député écologiste. « La citoyenneté active doit être au cœur du dispositif de développement », insisté Ousmane Sow Huchard. Le Pr Iba Der Thiam a également soutenu la réalisation d’un consensus national sur les inondations.

Il a plaidé pour l’installation d’un comité national multisectoriel pour la maîtrise des arcanes des problèmes des inondations. Ce comité regrouperait des représentants des Ong, du gouvernement, de l’opposition et d’autres partenaires du Sénégal. S’inscrivant dans la même veine, le président du groupe « Libéral et Démocratique » a fixé les règles du jeu. Il souligne que son camp veut « travailler avec l’opposition dans la paix et la discipline », mais cela doit se faire dans « le respect mutuel ».


 


Article_similaires

0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Top Banner
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR