Warning: ini_set(): Cannot find save handler 'memcache' in /web/senwww/public/index.php on line 3
IRAN-SÉNÉGAL : UNE RUPTURE QUI EMBARRASSE LES MOLLAHS
Lundi 24 Février, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

IRAN-SÉNÉGAL : UNE RUPTURE QUI EMBARRASSE LES MOLLAHS

Single Post
IRAN-SÉNÉGAL : UNE RUPTURE QUI EMBARRASSE LES MOLLAHS

Le Sénégal, qui échappe au déficit budgétaire grâce aux aides économiques directes ou indirectes des Etats-Unis, vient de rompre ses relations diplomatiques et donc économiques avec les mollahs. C’est à la fois une humiliation, mais aussi une sanction économique car le Sénégal était un partenaire des mollahs pour des transactions bancaires contournant les sanctions existantes. Mais pourquoi Washington ne s’en félicite-t-il pas ? Voici des réponses.

Washington sanctionne à petit feu les mollahs tout en leur proposant l’apaisement et l’entente. Il les veut comme alliés. L’enjeu est de les utiliser pour agiter l’Asie centrale et renverser des dirigeants proches de la Chine et de la Russie. Mais tout entente passe par une normalisation des relations qui obligerait les mollahs à autoriser le retour en Iran des pions de Washington formés pour prendre le pouvoir de ce régime islamiste de l’intérieur. C’est pourquoi les mollahs ont toujours refusé quelles que soient les offres de réconciliation ou les pressions imposées par Washington, même au seuil de l’effondrement.

Cet effondrement ne convient pas à Washington qui a besoin d’un Iran islamiste, c’est pourquoi dès l’été 2008 il a été amené à ne plus adopter de nouvelles sanctions économiques contre Téhéran. En l’absence de mesures de substitution, en 2009, Washington a évoqué une année de moratoire sur les sanctions au prétexte d’une nouvelle politique de dialogue. La décision s’est avérée très pertinente car au cours de la même année, les difficultés économiques ont provoqué la rupture des miliciens anti-émeutes issus des milieux démunis ce qui a permis au peuple de se révolter pour renverser le régime islamique. Washington a refusé son soutien à ce soulèvement, mais il a décidé d’utiliser des sanctions susceptibles de provoquer des émeutes pour pousser le régime à céder, il a alors évoqué avec plus de rigueur la menace d’embargo sur les carburants, mesure qui concerne principalement le kérosène, un carburant indispensable pour la production d’électricité. Mais en 2010, il n’a pas appliqué cette mesure de peur de faire dégringoler le régime ou donner le signal de sa mort ce qui aurait provoqué de nouvelles ruptures au sein des alliés internes du régime. Pour expliquer cette reculade, il a évoqué l’opposition de certains de ses alliés, comme le Brésil et la Turquie, à de nouvelles sanctions contre Téhéran.

Cette option a convaincu les mollahs que Washington était arrivé au bout de son effort. Quelques mois plus tard, ce dernier a trouvé une solution à son problème : prendre des mesures punitives discrètes avec des effets économiques à retardement dans le secteur énergétique pour mettre les mollahs sous pression et leur lancer des avertissements sans pour autant alerter et paniquer leurs derniers partisans afin de ne pas provoquer la chute du régime.

La première mesure de ce genre a été mise en œuvre en juillet 2010 sous la forme d’une réduction des livraisons de carburants via l’Irak et la Turquie, deux grands alliés de Washington. Ce dernier voulait mettre les mollahs devant la perspective noire de la panne sèche et du black-out afin qu’ils reculent par peur d’éventuelles émeutes forcément fatales. Les mollahs n’avaient pas alors protesté confirmant leur malaise à avouer leur faiblesse. Mais puisqu’ils n’apprécient pas le baiser mortel de l’entente proposée par Washington, ils avaient immédiatement relevé le prix de l’électricité pour baisser la consommation sur le plan national afin de ménager leur dépendance vis-à-vis du kérosène importé et ainsi pouvoir s’appuyer sur leur propre production de kérosène.

Quatre mois plus tard, en octobre 2010, le groupe français Total qui est partiellement contrôlé par les Américains a annoncé qu’il allait suspendre tout commerce avec l’Iran. Puisque cette compagnie a un contrat d’exploitation qui l’oblige à rétrocéder 1/3 de ses barils iraniens aux mollahs, cela voulait dire que ces derniers allaient être privés de ces barils qui leur donnent la capacité d’assurer leur propre production de carburants. Téhéran n’a pas cédé à l’annonce de cette décision car il disposait d’environ 6 mois de réserves. Mais un mois plus tard, il a instauré une hausse importante de prix de carburants et surtout de l’électricité pour ménager ses réserves et rallonger son échéancier. Il faut cependant préciser que ces mesures décidées par les mollahs sont loin de les rendre autonomes pour la production d’électricité. C’est pourquoi ils doivent acheter du kérosène à l’étranger, ce qui nécessite des transactions avec des fournisseurs étrangers.

La présente et dernière mesure punitive de Washington, qui arrive avec une précision de métronome quatre mois après la précédente, touche justement ces transactions car le Sénégal, comme d’autres pays pauvres membres de l’OMC était soudoyé par les mollahs pour servir de plate-forme discrète pour leurs activités commerciales interdites par les sanctions américaines.

Donc avec l’aide du Sénégal, Washington vient de fermer en toute discrétion une nouvelle vanne indispensable au régime à un moment où il perd chaque jour des partisans car personne ne croit à sa survie. On comprend donc la très grande discrétion des mollahs.

Cependant puisque l’objectif de Washington n’est pas de faire chuter les mollahs, mais de les contraindre à céder à ses demandes, le Sénégal parle d’une possibilité de reprise des relations sans pour autant expliquer les conditions nécessaires à remplir par les mollahs car il n’y en a pas en ce qui le concerne.

Plus probablement, ce pays africain ne fera rien de positif pour les mollahs, mais d’autres qui ont également été entretenus par les mollahs cesseront leurs relations ou menaceront de le faire sur une demande discrète de Washington. Cela aura lieu dans quatre mois, à moins que le régime ne s’effondre plus tôt car la présente annonce de rupture du Sénégal a été perçue par la population iranienne comme la trahison d’un allié qui ne croit guère à la survie de ses amis les mollahs !

En conclusion, on peut dire que Washington voulait mettre la pression sur les mollahs, mais il les a presque achevés. D’autres mesures discrètes iraient à l’encontre de ses projets. On devrait s’attendre à des changements comme l’émergence d’une nouvelle opposition factice de ses alliés à de nouvelles pressions. Mais malgré cela, le régime est fini.


liiiiiiiaffaire_de_malade

7 Commentaires

  1. Auteur

    Mami

    En Février, 2011 (14:22 PM)
    le senegal doit rompre aussi avec la gambie
  2. Auteur

    Kool

    En Février, 2011 (14:41 PM)
      <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn:  :sn: 
    Auteur

    Spinoza

    En Février, 2011 (15:37 PM)
    mais vous avez vu le visage et les yeux de Wade putin c'est un vrai sorcier !!!putin avoir un prézi sorcier
    Auteur

    Tombon

    En Février, 2011 (15:41 PM)
    il vaut mieux garder vos relations avec l'Iran car les armes nous en recvevons de partout même de vous même les sénégalais
    Auteur

    Bruce

    En Février, 2011 (19:42 PM)
    toucouleur daim mo serer mon Amie
    Auteur

    B

    En Février, 2011 (21:36 PM)




    les frequences de RTS1 et ORTM ont change:



    FRQUENCES:10720 H

    SYR: 22000
    Auteur

    Thecop

    En Février, 2011 (05:38 AM)
    Deux affirmations fausses dans cet article





    1) les USA ne veulent et ne peuvent pas faire des Mollahs des allies : ces derniers representent une forme d'Islamisme qui n'a aucune tendance a cooperer avec les regimes occidentaux





    2) et Washington n'a certainement pas besoin d’un Iran islamiste, l'Isalamisme etant percu par les USA comme etant un vivier du terrorisme

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email